Du mardi au vendredi à 20 h
Samedi à 16 h

*7 mars à 19h – représentation suivie de Paroles en liberté

Lieu: L'Arène

Cet événement est passé.

Dans un futur proche et trafiqué, marqué par le déclin de YouTube, un adolescent, Paulo, apprend qu’il est adopté en tombant par hasard sur une vieille vidéo de son père qui traînait sur internet. Cette révélation le pousse à partir à l’aventure avec ses amis et par la même occasion avec les parents de ses amis. Ils se retrouveront malgré eux au zoo, puis dans un cours de cirque… Véritable drame optimiste sur l’amitié, le texte du jeune auteur Maxime Brillon a reçu un accueil chaleureux lors de sa lecture au Festival du Jamais Lu en 2017. Sa mise en scène cette saison promet un spectacle festif et éclectique, célébrant le sentiment de liberté et de nonchalance qui convient bien à l’adolescence.

 

 

 

Crédits

Production : Collectif des Canons Numériques en collaboration avec Tôle
Texte : Maxime Brillon
Mise en scène : Justin Laramée
Assistance à la mise en scène : Marie-Claude D’Orazio
Avec : Maxime Brillon, Marjorie Gauvin, Marie-Ève Groulx, Karlo Vince Marra, Lise Martin, Louis-Olivier Mauffette, Frédéric Paquet et Joakim Robillard
Conception et collaboration : Hubert Leduc-VilleneuveCarl-Matthieu Neher et Olivia Pia-Audet

 

En parallèle...

Dans les médias…

Nous irons cirer nos canons numériques dans un sweatshop portugais est dans les suggestions de théâtre 2019 du Devoir.

Pour tout savoir du processus d’écriture de Maxime Brillon, écoutez ce podcast de Terrain vague 

» Programmation parallèle

Les vendredis, ça se passe au Théâtre Aux Écuries!

D’abord, le vendredi c’est dis-ton-prix (détermine le prix de ton billet selon ton budget) 😍

Et ça inclut une soirée prolongée après la représentation de Nous irons cirer nos canons numériques!

🍻🍻 Soutenez la création en buvant de la bière Drav : tous les profits iront aux artistes! Boire de la bière n’aura jamais autant été utile! (on le rappelle toutefois : la modération a bien meilleur goût!) 🍻🍻

vendredi 1er mars :  Karaoké 2000 | Bougie X Larivière

vendredi 8 mars : DJ-Benjamin Prescott Larue aka Jacques Boon

vendredi 15 mars Karaoké 2000 #2 | Bougie X Larivière

Et aussi…

Jeudi 7 mars Paroles en liberté

16 mars : événement de clôture

 

Vendredi à 21 h 30

**Ce spectacle fait partie de la programmation spéciale pour célébrer les 20 ans du Théâtre de la Pire Espèce. Il n’est pas inclus dans le vendredi dis-ton-prix.

Lieu: L'Arène

Cet événement est passé.

UBU À RELAI – 20 ANS


Une armée de baguettes de pain se dresse devant une autre, les bombes de tomates éclatent, le batteur à œufs survole les troupes en déroute, du sang de mélasse pisse sur les soldats fourchettes marchant sur le Père Ubu… Le sort de la Pologne se joue sur une petite table où, faisant flèche de tout bois, les acteurs multiplient les références cinématographiques et échafaudent sous les yeux du public cette grande fresque bouffonne miniature.


À l’occasion de ses 20 ans, le Théâtre de la Pire Espèce reprend son spectacle phare Ubu sur la table. Une soirée unique ou la pièce sera jouée, non pas par deux, mais par six acteurs qui se relaieront au fil du spectacle ! Les spectateurs auront ainsi la chance de voir une version inédite à relai avec l’ensemble des acteurs qui ont joué Ubu lors de ses plus de 850 représentations à travers le monde.


L’adaptation en théâtre d’objets de la pièce Ubu Roi, d’Alfred Jarry, a fait la renommée du Théâtre de la Pire Espèce, qui l’a jouée près de neuf cents fois dans plus de dix pays. Multipliant les commentaires à l’assistance, les acteurs-marionnettistes (à vue) s’adressent à l’intelligence du spectateur autant qu’à son imagination, offrant un deuxième niveau de lecture à cette farce cruelle. L’aspect brut et les limites expressives des objets sur table forcent les créateurs à privilégier l’action dramatique à l’évolution psychologique des personnages, tout en soulignant avec humour leur côté grotesque. Autant dire que Père Ubu s’est trouvé tout à fait à son aise au milieu des ustensiles de cuisine, utiles autant à l’empiffrement qu’à la déconfiture des « sagouins ».

Crédits

Adaptation et mise en scène : Olivier Ducas et Francis Monty
Texte : libre adaptation d’Ubu roi, d’Alfred Jarry
Interpretation : Daniel Desparois, Etienne Blanchette, Francis Monty, Marc Mauduit, Mathieu Gosselin, Olivier Ducas.
Conception d’éclairage : Jonas Veroff Bouchard
Production : Théâtre de la Pire Espèce

Le Théâtre de la Pire Espèce

Fondé et dirigé par Olivier Ducas et Francis Monty depuis 1999, le Théâtre de la Pire Espèce emprunte ses techniques à différentes disciplines telles que la marionnette, le théâtre d’objets, le clown, le cabaret et le théâtre de rue. La compagnie s’applique à développer, en explorant le processus de création, un art vivant, novateur et accessible. Contournant l’illusion théâtrale, elle souhaite établir un rapport direct avec le public, au profit d’une complicité avec le spectateur. Impertinent, festif et accidentellement érudit, son théâtre allie matériaux bruts et imagination débridée, foisonnement baroque et précision chirurgicale.

 

Du mardi au jeudi à 20 h / vendredi à 19 h
Vendredi 22 mars : soirée 2 spectacles, Persée sera suivi de Ubu à relai ! (frais additionnels)

**Samedi 23 mars : représentation décontractée**

Représentation scolaire
Mercredi 20 mars à 13 h
Réservations à groupe@auxecuries.com

 

Lieu: L'Arène

Cet événement est passé.

Le Théâtre de la Pire Espèce fête ses 20 ans cette saison !


À partir des artéfacts retrouvés sur un site de fouilles, trois archéologues du début du siècle tentent de prouver l’existence du héros mythologique Persée. Mais leur reconstitution historique se heurte sans cesse à des éléments fabuleux. L’enquête scientifique se transforme peu à peu en quête existentielle. Transfigurés par les objets qu’ils animent, ils deviendront, sous nos yeux, les protagonistes du célèbre mythe. Ainsi se développe une étrange cérémonie, tragique et burlesque à la fois. Persée réunit les formes de prédilection du Théâtre de la Pire Espèce : théâtre d’objets et jeu clownesque.

Crédits

Texte et mise en scène : Olivier Ducas, Mathieu Gosselin et Francis Monty.
Avec : Olivier Ducas, Nicolas Germain-Marchand et Francis Monty
Interprètes et manipulateurs à la création : Olivier Ducas, Mathieu Gosselin et Francis Monty
Conception et collaboration : Jonas Veroff-BouchardSimon CloutierÉric Gautron
Production : Théâtre de La Pire Espèce

 

 

Le Théâtre de la Pire Espèce

Depuis 1999, le Théâtre de la Pire Espèce emprunte ses techniques à différentes disciplines telles que la marionnette, le théâtre d’objets, le clown, le cabaret et le théâtre de rue. La compagnie s’applique à développer, en explorant le processus de création, un art vivant, novateur et accessible. Contournant l’illusion théâtrale, elle souhaite établir un rapport direct avec le public, au profit d’une complicité avec le spectateur. Impertinent, festif et accidentellement érudit, son théâtre allie matériaux bruts et imagination débridée, foisonnement baroque et précision chirurgicale.

Du mardi au vendredi à 20 h
Samedi à 16 h
Jeudi 7 février à 19 h, la représentation sera suivie de Paroles en liberté

Lieu: L'Arène

Cet événement est passé.

Nous sommes dans le futur, mais pas si lointain. Fin de siècle, le 21e pour être exact. Les baby-boomers ont disparu depuis longtemps déjà, les derniers spécimens ayant été expédiés sur la lune par l’ONU (en aller-simple!) après un verdict unilatéral de Crime contre la Terre. D’un même souffle, le clonage est décrété formellement interdit, « d’un coup qu’un boomer aurait l’odieuse idée de se cloner en cachette », le Monde ne s’en remettrait jamais.


Les années passent jusqu’au jour où Gilles Douillette, un citoyen hautement banal, découvre à la dure qu’il est un clone. Mais le clone de qui? Ça, c’est un mystère…


Guidé par le Club des Marquis (un groupe d’enquêteurs mondains), le désormais fugitif Gilles Douillette scrute les infinis détails de cette poignante intrigue pour découvrir qui, comment et surtout pourquoi son « créateur » l’a conçu à son image. Qui est véritablement le dernier Baby-Boomer?


Pour en savoir davantage… lisez Un homme sans visage, une variation sur un chapitre de la pièce.

 

 

 

Crédits

Texte : Olivier Morin et Guillaume Tremblay
Mise en scène : Olivier Morin
Musique : Navet Confit et Philippe Prud’homme
Interprètes : Navet Confit, Marie-Claude Guérin, Olivier Morin, Philippe Prud’homme et Guillaume Tremblay
Production : Théâtre du Futur

Le Théâtre du Futur

Le Théâtre du Futur est né quelque part en 2011 lorsque Guillaume Tremblay, Olivier Morin et le multiinstrumentiste Navet Confit ont croisé leurs faisceaux d’amour pour la création de Clotaire Rapaille, l’Opéra Rock. L’année suivante, les auteurs-interprètes ont conçu le scandaleux L’Assassinat du Président avant de compléter leur Trilogie du Futur avec Épopée Nord en 2015. En 2016, ils ont présenté La Vague parfaite, un opéra surf d’une rare élégance. Leur projet pour la suite? Conquérir la planète, au minimum. 

Enrichies de recherches sonores et musicales, les créations du Théâtre du Futur questionnent l’avenir et l’inconscient collectif. Humour, dialogues francs, vifs et déjantés entraînent les spectateurs dans un monde neuf et farfelu. La devise de la compagnie : « Puisque le passé n’existe plus et que le futur n’existe pas encore, autant les inventer! » (Clotaire Rapaille).

 

Avertissement: ce spectacle fait l’usage d’effets stroboscopiques et a un volume élevé.

 

Du mercredi au samedi à 20 h

Lieu: L'Arène

Cet événement est passé.

Le collectif Castel Blast invite le public à sa nouvelle création Nos Corps, un spectacle immersif qui confronte le public à une vérité du corps qui danse sans relâche.


1518. Strasbourg. Une famine dure depuis des années. Pauvreté extrême. Taux de mortalité consternant. Une femme n’a plus de lait en son sein pour son nourrisson. Elle le jette dans la rivière. Le regarde couler. Emporté par le courant. Elle reste en état de choc. Pas de pleurs. Elle danse. Sans savoir pourquoi. Sans s’arrêter. Elle est rejointe par un autre. Et une autre. Et un autre. Ils sont dix. Les pieds en sang. Il fait nuit. Il fait jour. Ils sont cinquante maintenant. Ils ne s’arrêtent pas. Ne s’arrêtent plus. Ne peuvent plus s’arrêter. D’autres, par groupe, les rejoignent. Ils sont plus de deux cents à danser. Danser. Danser jour et nuit. Sans relâche. Certains meurent de fatigue. Certains meurent de leurs blessures. Ils sont désormais mille. Ils danseront deux mois. La première manie dansante vient de naître.


Ils dansaient car ils n’avaient plus les mots pour exprimer tout ce qui les opprimaient. Elles dansaient parce que leur désespoir était si grand que seuls leurs corps pouvaient en témoigner.


Aujourd’hui, la rivière est devenue fleuve et la famine est devenue crise. Des murs se dressent de toutes parts. Et nos corps. Nos corps. Nos corps s’unissent, se rassemblent, s’enlacent, s’entraident, s’apprivoisent, s’acceptent, se réconcilient, se lèvent, se soulèvent, s’accumulent, se resserrent, se mélangent, se rallient, se recueillent.

Crédits

Production Castel Blast
Création collective Olivia Sofia, Leo Loisel , Guillaume Rémus, Gonzalo Soldi, Chloé Gagné Dion, Ourielle Auvé, Simon Chioini, Pamela Gómez Widman, Pénélope Gromko, Laury Nial, Thomas Mundinger, David Emmanuel Jauniaux, Brontë Poiré-Prest, Jérémie Jacob, Jérémie Brassard, Audray Julien, Lyndz Dantiste, Roxane Azzaria, Andrea Ubal Rodríguez

Castle Blast
Castel Blast, créé par Olivia Sofia, Léo Loisel, Guillaume Rémus et Xavier Mary, aborde le spectacle comme un ensemble. Ce jeune collectif est né de la nécessité d’aborder la création au travers de rencontres et d’échanges, stimulés par la diversité des parcours et l’expérience de chacun. Il regroupe les concepteurs et interprètes dans une réflexion commune et protéiforme. Le collectif met ainsi les outils de création à la disposition de chacun, indépendamment de leur domaine d’origine. Leurs conceptions prennent leur source dans une pulsion créative, qu’ils mettent ensuite au service d’une démarche sensible, commune et ouverte.

Du 5 au 7 juin à 19h

Samedi 8 juin à 14h

Lieu: L'Arène

Cet événement est passé.

À l’origine du projet, se trouve une gageure : demander à des adolescents, n’ayant pour le moment qu’un pouvoir d’achat, de se pencher sur la nature des différents pouvoirs auxquels ils sont exposés et soumis : le pouvoir politique, économique, familial, parental, médiatique, institutionnel, scolaire, sans oublier celui de leurs pairs.


Le pouvoir expliqué à ceux qui l’exercent (sur moi)
 s’offre comme un vibrant kaléidoscope composé des questionnements inquiets, réinterprétations du monde et tentatives d’espérance de plus de deux cents adolescents sondés dans les deux dernières années. Créé avec eux, porté par eux, mais adressé aux adultes, le spectacle présente une radiographie saisissante de ceux et celles qui, ni enfants ni adultes, s’apprêtent à hériter de l’état actuel du monde.

 

Crédits : Émile Bilodeau-Hameury

 

 

Crédits

Production : Système Kangourou, en collaboration avec l’École Sophie-Barat et le Théâtre Aux Écuries.

De et avec : Fadi Al Haddad, Firas Al Haddad, Mario Alhaj, Lili Azerad, Joëlle Beaugrand-Champagne, Raphaël Bencheqroun, Rémy Bouchard, Béatrice Brailovsky, Nathan Bussière, Kayla Cavallo, Rosalie Caron, Amélie Chagnon, Alexandra Corbeil, Édouard David, Léa Desmars, Ghadi Fallouh, Alys Farley-Pineau, Tomas Fontaine, Marianne Fortier, Aya Guenda, Émile Hameury, Theria Kandya, Antoine Labelle, Sarah Laberge, Léa Laliberté-Lévesque, Émi Lessard, Matisse L’Heureux, Sidiki Mansare, Éliane Marin, Adèle Pomerleau, Nina Klioueva, Ève Martel, Louis-Maxime Morin, Mika Pluviose, Yousra Rahem, Noémie Roy, Irène Sierra, Maïté St-Louis Ventura, Romane St-Pierre, Malek Thériault-Bouayad, Adèle Tremblay et Sonia Vetra.

Acteur invité : Pierre-Antoine Lasnier
Musique : Antonin Courvette, Zayan Hubert-Ferraiolo, Grégoire Giroux, Florence Lorimier-Dugas et Marina Trpkovic, sous la direction musicale de Jean-Philippe Lajeunesse (contribution artistique de Lorenzo Somma).
Écriture scénique : Anne-Marie Guilmaine et Claudine Robillard
Édition des textes et dramaturgie : Pierre Lefebvre
Idéation et accompagnement dramaturgique : Michel Stringer
Scénographie : Julie Vallée-Léger
Conception et régie d’éclairages : Marie-Aube St-Amant-Duplessis
Stylisme : Robin Brazill
Direction de production : Samuel Patenaude
Direction technique et régie de plateau : Maryline Gagnon
Régie sonore : Gabriel Filiatreault
Conception outils promotionnels : Élise Lafontaine et Samuel Gougoux (à partir d’une création visuelle des adolescents)

Système Kangourou

Fondé par Anne-Marie GuilmaineClaudine Robillard et Jonathan Nadeau en 2006, Système Kangourou est une compagnie de création et de production de spectacles et d’événements interdisciplinaires.

Guidées par le désir d’injecter à la pratique théâtrale des éléments de l’art de la performance et de la sociologie, les deux codirectrices artistiques, Claudine Robillard et Anne-Marie Guilmaine travaillent le réel à même le plateau ou le bousculent artistiquement dans les espaces publics et les contextes in situ. Elles tentent de défricher de nouvelles avenues sur le plan formel et thématique. Elles prennent le pouls de leur génération et de la population en général pour créer un théâtre résolument contemporain fondé sur l’action, la prise de parole directe et la présence entière et authentique des performeurs.

Supplémentaire exceptionnelle le 17 novembre dans le cadre du OFF-CINARS
Samedi… c’est 2 pour 1 ! 

Durée du spectacle : 1 h 30 sans entracte

Du mardi au vendredi à 20 h
Samedi 16 h
Jeudi 18 octobre à 19 h
Pas de représentation le mercredi 24 octobre

Représentations scolaires
Mardi 16 et jeudi 18 octobre à 13 h 30
Réservations à groupe@auxecuries.com

Lieu: L'Arène

Cet événement est passé.

Un beau soir de printemps, plusieurs jeunes se réunissent dans un champ de maïs vaseux pour célébrer la fin de leurs études. Ce qui devait être une soirée sans histoire se transformera en un véritable cauchemar pour l’une des personnes présentes. Après ce qui sera appelé « l’Événement », plusieurs questions resteront sans réponse et ce, pendant de très nombreuses années, dont celle-ci : est-ce que notre jugement se dilue lorsqu’un groupe se forme?


Grâce au mouvement dansé, à l’acrobatie et à un texte où se mixent langage quotidien et poétique, les «souvenirs» de l’évènement seront révélés par bribes et on découvrira les mécanismes insidieux qui ont mené à ce gâchis. Au niveau visuel, le Théâtre I.N.K. y explore la projection vidéo ; le dispositif scénique étant équipé de 25 chaises identiques, 12 séparateurs de foule, un écran et une caméra surplombant la scène, les images captées en live permettent de découvrir le mouvement dansé et acrobatique sous un tout autre angle ainsi que des indices insoupçonnés sur ce qui s’est passé.

Dans cette œuvre, Marilyn Perreault s’est de nouveau donné le défi d’allier mots du quotidien, langage poétique, images vidéo ainsi que mouvements acrobatiques et dansés.

 

Crédits

Texte et mise en scène : Marilyn Perreault
Assistance à la mise en scène et régie : Amélie-Claude Riopel
Avec : Harou Davtyan, Marie Fannie Guay, Nora Guerch, Xavier Malo, Marc-André Poliquin et Lesly Velázquez
Décor : Patrice Charbonneau-Brunelle
Conception vidéo : HUB Studio / Antonin Gougeon Moisan
Éclairages : Stéphane Ménigot
Costumes : Marjolaine Provençal
Musique : Laurier Rajotte
Direction de production : Maude St-Pierre
Direction technique : Mélanie Whissel
Production : Théâtre I.N.K.

La presse en parle...
« Il y a tant et tant dans ce spectacle souvent vertigineux, par sa forme et son contenu, que nous ne pouvons qu’applaudir la dramaturge-metteure en scène et sa troupe pour leur courage et la pertinence du portrait qu’ils brossent de la jeunesse d’aujourd’hui. » – Mario Cloutier, La Presse
.
« Dans le rôle de L., Lesly Velàsquez, fine comédienne d’origine mexicaine, compose une figure stoïque («Je n’ai pas pleuré», dira-t-elle), émouvante reine de bal déchue, ses souliers à la main. Autour d’elle, tous les jeunes interprètes rendent bien la fougue et la naïveté, la violence aussi de ces bouillonnants ados.» – Patricia Belzil, Jeu, revue de théâtre

« Fiel est une pièce à voir […] Elle aborde de front des sujets d’actualité qui se doivent d’être discutés, maintenant plus que jamais. » – Roxane Guérin, MonThéâtre

« Il y a eu le mouvement #moiaussi. Les déconfitures publiques de semi-dieux du monde du divertissement. Des voix qui se sont levées, des pervers qui ont été dénoncés. Pourtant, raconter un viol n’est pas pour autant devenu plus facile. Dans Fiel, l’auteure et metteure en scène Marilyn Perreault du Théâtre I.N.K. aborde la question avec une incroyable délicatesse. » – Mélissa Pelletier, Les Méconnus

Le Théâtre I.N.K.

Fondé en 2002 par Marilyn Perreault et Annie Ranger, le Théâtre I.N.K. crée et met en scène des textes québécois inédits  en portant une attention particulière à l’intégration de l’image et du mouvement dans l’interprétation théâtrale. Elle explore les combinaisons possibles entre le texte dramatique et différentes disciplines artistiques, dont la danse, l’acrobatie, le théâtre d’objets et d’ombres, la marionnette et la vidéo. La compagnie compte neuf productions à son actif et a reçu de nombreuses distinctions : Lignedebus / Bus Stops  (4 nominations aux METAs pour la meilleure production et distribution, les éclairages et le décor), Robin et Marion (nomination AQCT dans la catégorie Interprète masculin), La robe de Gulnara (Prix AQCT dans la catégorie Production Québec et nomination en mise en scène et musique aux Prix d’excellence des arts et de la culture de la Ville de Québec), La cadette (nomination pour le Masque Production Montréal) et Les Apatrides (récipiendaire des Masques Révélation de l’année et Conception de décor).