L’ANNIVERSAIRE : 4 juin – 18h – Benoît Côté (Complet ! Inscrivez-vous à la liste d’attente)

MERCI D’ÊTRE VENUS : 5 juin – 15h – Gabriel Morin (Complet ! Inscrivez-vous à la liste d’attente)

(DÉ)TOURNER SA LANGUE : 6 juin – 15h – Klervi Thienpont (suivi d’une discussion avec Monelle Guertin) (Complet ! Inscrivez-vous à la liste d’attente)

Âge suggéré : Les thématiques abordées sont pour adultes et jeunes adultes. Nous conseillons 16 ans et plus.

Événement Facebook

Le programme du spectacle

🛑 En cas d’annulation du spectacle après achat de votre billet, nous procéderons à un remboursement intégral. Merci de votre compréhension

Lieu: L'Arène

Cet événement est passé.

Assistez à la troisième édition du Jamais Lu Hors-Série. Trois textes, trois artistes, trois histoires prendront vie, pour la première fois, sous la forme de lectures dans l’Arène des Écuries les 4, 5 et 6 juin 2021. Les voix singulières des trois artistes exploreront avec humour et lucidité l’intime, les transitions, le besoin de faire le point à un certain moment de vie. Trois momentums à ne pas manquer !

L'ANNIVERSAIRE - Vendredi 4 juin - 18h - Benoît Côté

L’ANNIVERSAIRE

Le compositeur, devenu piano-man, organise un cocktail d’anniversaire pour une technique de composition qu’il a inventée vingt ans plus tôt. Tout en continuant à faire de l’ambiance, il retrace la trajectoire de son invention et peint le portrait d’une tradition musicale en perdition. Entre les confessions du piano-man entouré de ballons d’hélium et le cours de théorie musicale, le public sera pris à témoin et juge ultime de la validité de ces prétendues innovations. Ils découvriront comment tout, mais absolument tout en musique est formule et pourquoi y penser est peut-être plus important qu’ils ne l’auraient cru.  

DISTRIBUTION

Texte, partition, interprétation : Benoît Côté

Œil extérieur pour la mise en lecture : Félix Beaulieu-Duchesneau 

 

BENOÎT CÔTÉ

Formé en composition, Benoît Côté est docteur en musique. On a entendu ses œuvres au Québec et à l’étranger, particulièrement au théâtre et en danse. Également écrivain, son premier livre, l’essai Propositions de clarté, a été finaliste des Prix littéraires du Gouverneur général en 2017. Il a aussi publié les romans Récolter la tempête et Vernissage, tous deux salués par la critique. 

 

Acheter mes billets

MERCI D'ÊTRE VENUS - Samedi 5 juin - 15h - Gabriel Morin

MERCI D’ÊTRE VENUS

Merci d’être venus est une pièce écrite et interprétée par Gabriel Morin. Il y incarne le personnage de L’Acteur, qui nous raconte les impacts que le suicide de son frère a eus sur lui, sur sa famille et sur sa vision de la vie. Au milieu d’une salle d’attente qui semble appartenir à un complexe funéraire, L’Acteur cherche à comprendre pourquoi son frère s’est suicidé. En complicité avec le public, il leur partage ses questionnements, naviguant entre colère, culpabilité et incompréhension, à la recherche d’un chemin vers la guérison.

Inspiré du vécu de l’auteur, ce monologue aborde avec franchise, humour et réflexion, la question du suicide. 

 

 

DISTRIBUTION

Texte, partition, interprétation : Gabriel Morin

Musique live : Philomène Gatien

 

GABRIEL MORIN

Diplômé en interprétation du Conservatoire de Montréal (2014) et de l’INIS comme auteur au programme Télévision (2018), Gabriel Morin se passionne pour la création. Cofondateur du Complexe, avec le comédien et metteur en scène David Strasbourg, leur première production Petits crimes contre l’Humanité a été présentée dans plusieurs festivals et devait partir en tournée à deux reprises, n’eût été la pandémie. Merci d’être venus est leur deuxième collaboration. 

 

(Complet ! Inscrivez-vous à la liste d’attente)

Acheter mes billets

(DÉ)TOURNER SA LANGUE - Dimanche 6 juin - 15h - Klervi Thienpont

(DÉ)TOURNER SA LANGUE

(Dé)tourner sa langue, est une conférence-performative où l’autrice-créatrice-interprète, Klervi Thienpont, s’est lancée le défi d’incarner et de théâtraliser une partie des réflexions et explorations théoriques qu’elle a traversé au cours de sa maîtrise en théâtre. Dans ce bricolage-montage ludique et indiscipliné, la chercheuse-créatrice s’expose à la fois en sujet de l’étude et partie prenante d’un tout plus vaste. Empreinte d’éclats de libertés créatives, d’(im)pertinence et de poésie, cette œuvre hybride interroge l’oralité de la langue au théâtre et l’utilisation du français normatif. Il y est également question d’accents, de diction, de normes, d’insécurité linguistique, d’aliénations et de libertés à reprendre…

→ Suite à la présentation, une rencontre entre Klervi Thienpont et Monelle Guertin, comédienne et linguiste, se fera pour aborder ces questions de langue et de l’utilisation du français dit « normatif » sur la scène québécoise. 

DISTRIBUTION

Texte, interprétation : Klervi Thienpont

 

KLERVI THIENPONT

Diplômée en interprétation du Conservatoire d’art dramatique de Québec en 2003, Klervi Thienpont a joué dans plus d’une trentaine de productions théâtrales dont plusieurs ont fait l’objet de tournées. Créations, répertoire, théâtre jeunesse, jeu physique, un peu de marionnette, grand plateau, salle intime, alouette! Elle s’est frottée au théâtre dans toutes ses dimensions ou presque. Elle termine actuellement une maîtrise à l’École supérieure de Théâtre de l’UQAM.

 

MONELLE GUERTIN

Diplômée de l’École supérieure de théâtre de l’UQAM en interprétation (2001), Monelle Guertin a exercé le métier de comédienne pendant une quinzaine d’années au sein de productions théâtrales (La cantatrice chauve et La leçonVie et mort du roi boiteux…), télévisuelles et cinématographiques (Le négociateurLes LavigueurMensongesUn repli…). Elle bifurque ensuite vers l’enseignement du français langue seconde. Depuis un peu plus de 10 ans, elle se consacre à une nouvelle passion : elle obtient sa maîtrise en linguistique à l’UQAM (2016) sur la perception de la prononciation des français européen et québécois dans une perspective d’immigration et de francisation. Elle terminera bientôt un doctorat en (socio)linguistique à l’UQAM, où elle est également chargée de cours.

 

 

Acheter mes billets

Le Jamais Lu

Fondé en 2001 par Marcelle Dubois, codirectrice artistique du Théâtre Aux Écuries, le Jamais Lu a pour mission de créer un lien fort entre le public et les auteur·trice·s d’aujourd’hui. Il offre aux dramaturges, particulièrement à celles et ceux de la relève, des tribunes originales, engagées et festives. Le Jamais Lu œuvre au développement de la dramaturgie québécoise, canadienne et internationale. Chaque année, le Jamais Lu produit un festival à Montréal, un à Québec et un à Paris. Ces trois événements présentent des lectures théâtrales au grand public. Celles-ci sont pensées par des metteur·e·s en scène et portées par des comédien·ne·s professionnel·le·s. Elles font jaillir des langues, des formes et des styles très variés et empreints d’une envie commune : celle d’interroger, au moyen de la fiction, le monde dans lequel nous vivons.

.

.

Site web

Facebook

Instagram

Lieu: L'Arène

Cet événement est passé.

La BIGICO convie pour une troisième année les grands pourchasseurs de gigue à présenter des courtes pièces de 5 à 15 minutes. Le OFF BIGICO cherche à mettre de l’avant la richesse de la recherche. Il offre à une gigue d’art l’espace public pour faire renaître les sons, les gestes, les regards, pour permuter les perspectives. Le OFF BIGICO, c’est faire jaillir une idée folle. Un concept éclaté. Une déconstruction de la gigue. Une fusion inédite. Un flash. Un maudit bon flash.

 

BIGICO

Depuis 2005, la BIGICO est un diffuseur spécialisé qui soutient et orchestre le développement du mouvement de la gigue contemporaine.

Au sein du milieu de la danse au Québec, les opportunités de diffusion pour les artistes du mouvement de la gigue contemporaine demeurent limitées, étant donné la niche spécialisée de cette pratique. La BIGICO se doit d’assumer également un chapeau de producteur, en organisant divers événements récurrents, en vue de diffuser adéquatement les créations des artistes : Biennale de gigue contemporaine, OFF BIGICO, Soirée d’improvisation giguée, Gigue in the dark, Séminaire chorégraphique. Ce nouveau modèle de fonctionnement, d’un diffuseur qui agit à titre de producteur, est tributaire d’une volonté indéfectible d’assurer la viabilité d’un marché professionnel qui aspire à se développer de manière saine et ambitieuse.

La BIGICO crée des opportunités uniques de faire valoir sur la place publique l’inventivité d’une société de gigueurs en pleine effervescence. La BIGICO met donc de l’avant la collégialité en regroupant des créateurs contemporains, chorégraphes et interprètes, qui s’expriment pour que la gigue soit vivante, vibrante et percutante en ce XXIe siècle. Elle rassemble plusieurs visions chorégraphiques assurant la vitalité d’un mouvement en constante mutation. Une gigue d’art, constamment régénérée, sous l’emprise de la recherche, dans un vif esprit de modernisation.

La BIGICO joue un rôle d’ambassadeur pour faire redécouvrir toute la richesse qui émane de ce fleuron de notre patrimoine. Cette langue des pieds nous appartient encore, une langue commune qui fait courir le bruit de sa pertinence dans la société québécoise d’aujourd’hui.

30 mai 20h30

31 mai 15h

Cet événement est passé.

Poneyboyz

Ferme la porte, pose tes clés sur la table, tes sabots dans ma crinière, ta cravache sur mes flancs, tes reins près des miens. Les garçons-chevaux sont en état de fusion constante. Ils s’attirent, s’amalgament, se rejettent au gré de leurs envies. Comment se retrouve-t-on imbriqué dans un jeu de domination et de soumission cyclique à résonance mythique avec son meilleur bro ? (ça arrive plus souvent qu’on le pense).

Chorégraphie : Audrée Lewka
Interprètes : David Emmanuel Jauniaux, Guillaume Danielewski
Regard extérieur : Pierre-Luc Lapointe
Direction de production : David Emmanuel Jauniaux
Direction technique et régie : Sylvie Nobert
Conception lumières : Sylvie Nobert, Lee Anholt
Conception costumes : Audrée Lewka
Répétitrice : Emmalie Ruest
Photo et bande-annonce teaser : Audrée Lewka
Résidences de création : José Navas, Tangente, LA SERRE – arts vivants

At the end, everybody’s fucking

Après Doggy dans Gravel et Made in Beautiful, Olivier Arteau démarre une nouvelle recherche autour du phénomène de la peur et ses ramifications. À travers l’écriture scénique, le créateur témoigne de notre mutisme, de ce qui nous empêche de désobéir collectivement. Il y substitue le verbe pour le muter en (in)action à l’aide d’une multitude de masques, d’objets hétéroclites et d’un cube de gypse tristement friable. On se retrouve ainsi dans un monde sourd où le quotidien l’emporte sur l’excès, où la mémoire n’habite aucun lieu, où la mort ne sera accompagnée d’aucun rite. Que reste-t-il pour nous rendre profondément humain ?

Idéation et mise en scène : Olivier Arteau
Interprétation : Marie-Ève Bérubé, Claude Breton Potvin, Daniel D’Amours, Emma Gomez, Julie Leclerc, Lucie M. Constantineau, Alexander Peganov, Nathalie Séguin, Catherine St-Martin
Direction de production : Nathalie Séguin
Direction technique et régie : Claire Seyller
Conception vidéo : Sebastien Pircher
Conception lumières : Claire Seyller
Photo : Annie Éthier
Bande-annonce : Sebastien Pircher
Avec le soutien de Conseil des arts et des lettres du Québec, Ville de Laval
Résidences de création Maison des arts de Laval, Théâtre Périscope

LA SERRE - arts vivants

Parce qu’elle croit que l’art est essentiel pour lier l’individu à sa communauté, LA SERRE — arts vivants met à la disposition des artistes émergents des environnements favorables à la création d’œuvres significatives et à leur rayonnement. Elle agit comme un incubateur structurant pour l’amélioration des conditions d’exercice des artistes émergents en arts vivants et se positionne comme un activateur de collaboration entre les artistes, différents partenaires nationaux et internationaux et la collectivité. Artistiquement, LA SERRE privilégie des œuvres et des manières de faire qui tissent un lien transparent entre les arts, la nature et la société tout en favorisant la rencontre entre les différents champs disciplinaires et sectoriels.

 

Si vous avez besoin d’informations complémentaires, vous pouvez contacter le camp des arts au 514.278.3941

Cet événement est passé.

Toute l’équipe du Théâtre Aux Écuries est très heureuse de collaborer à nouveau avec le Camp des Arts dès cet été 2019 !

Les jeunes seront en résidence en nos murs du 16 au 18 juillet et du 6 au 8 août et présenteront leur spectacles de fin de camp les 18 juillet et 8 août prochain. Un vent de jeunesse et de créativité que nous avons hâte d’accueillir!

 

Le camp des arts

Fort de 20 années d’expérience en animation et en production de spectacles, le Camp des Arts de la scène est devenu une référence pour les parents à la recherche d’un camp spécialisé en arts de la scène pour des jeunes de 5 à 17 ans. Des camps de jour adaptés qui permettent de vivre une expérience artistique unique !

 

Lieu: Café

Cet événement est passé.

L’événement Hors-Série du Théâtre Aux Écuries convoque pour cette première édition le Festival du Jamais Lu. 3 textes, 3 artistes, 3 histoires prendront vie pour la première fois sous forme de lectures dans le café-bar les 24, 25 et 26 janvier. Sharon Ibgui, Marie-Ève Perron et Sébastien Rajotte feront entendre leurs voix singulières d’acteurs-auteurs pour explorer avec humour et lucidité l’intime, les transitions, le besoin de faire le point à un certain moment de vie. 3 momentums à ne pas manquer !


Nos trois artistes se sont prêtés au jeu et ont répondu à nos questions sur ce qui motive leur écriture, les défis que représentent la rédaction et l’interprétation d’un texte qui puise à même le réel pour se construire. Découvrez les portraits concoctés par Delphine Naum juste en dessous. 

24 janvier 2019 / CHRISTIAN SAINT-PIERRE N’AIMERA PAS

Parce que. Parce que je suis juive, gauchère et que j’ai appris à faire du vélo à 30 ans. Parce que ma mère, avant de mourir, disait : « L’Égypte ! L’Égypte ! Les chameaux ! » Parce qu’il m’arrive de déambuler dans la ville avec une barbe dessinée au crayon. Parce que ma belle-mère a de l’ambition, elle veut une piscine olympique. Parce que c’est de ma faute si on a perdu le référendum. Parce que mes parents m’ont nommée Sharon en mémoire de Sharon Tate. Parce qu’enfant, j’avais un album plein de photos de Jean-Paul II. Parce qu’ado, je mangeais des tranches de jambon dans la face de ma grand-mère, juste pour la faire chier. Parce que je suis pareille comme un pogue. Parce que je parle québécois grâce au ballet classique. Parce que selon ma mère : « Ça va mal finir cette histoire… C’est moi qui te le dit, ça va mal finir ! ». Parce qu’avant, c’était drôle d’être juif. Parce qu’il m’arrive de faire des auditions soule et de les avoir. Parce que la vie est belle, parce qu’il faut croire. Parce que je ressemble à Michael Jackson. Parce que ma mère me rappelle avec une voix d’outre-tombe : « De toute façon, j’ai déjà signé mon testament ! » Parce que je les aime. Parce que.

Texte et interprétation : Sharon Ibgui

25 janvier 2019 / DE TA FORCE DE VIVRE

Allô. Mon père est mort. Pis, ben oui… ça fait partie de la vie. Parce que ça arrive tous les jours des pères qui meurent. Ça arrive tous les jours depuis que le monde est au monde. Pis quand il est mort, j’étais pas une enfant. Pis il était malade. Pis ça a été une longue agonie. Facque… tsé. Mais le deuil est une drôle d’affaire. Une « bébitte » difficile à attraper. Dont on parle peu. Je pense. Ou alors avec beaucoup de pudeur. Tant et tant qu’on se retrouve un brin surpris. Par cet après. Les hauts. Les bas. L’industrie de la mort. Les formulaires, les bébelles pis les cercueils à vendre. L’entourage qui parle pas fort, intimidé par le chagrin d’un coup. Les situations absurdes, les malaises délicieux. Les vertiges. La nostalgie crasse. Pis notre monde qui course à sa jeunesse en répétant des « j’ai pas peur de la mort ».

Texte et interprétation : Marie-Ève Perron

26 janvier 2019 / DIEU, SANDRA ET MOI

C’est l’histoire de Jean-François, quarantenaire confronté à ses défis de milieu de vie. C’est sa relation avec sa mère turbo / verbo-moteur qui se définit à travers son fils. C’est sa recherche de l’amour, alors que la vie lui a déjà laissé son lot de cicatrices et de désillusions à ce sujet. Mais c’est surtout le père d’une fillette de 8 ans, vive, enjouée exigeante et angoissée.
Comment un père monoparental prépare-t-il sa fille à devenir une femme en 2018 ? Comment soutenir un enfant, nourrir son épanouissement, alors qu’on est à moitié désillusionné ?
C’est une histoire où l’humour n’est pas un échappatoire, mais une partie de la solution.
C’est une histoire de transmission, d’amour rêvé et d’espoir déçu. Et le contraire. Avec des mascottes et du curling.

Texte : Sébastien Rajotte
Mise en lecture : Yves Morin
Avec : Sébastien Rajotte, Catherine Trudeau et Stéphane Jacques

Ce qu’en disent les médias...

« On a lu le Dieu, Sandra et moi de Rajotte, qui comporte de riches envolées et une finale d’une grande beauté. Cela étant, on attend aussi beaucoup du Christian Saint-Pierre n’aimera pas ça d’Igbui qui ouvrira le bal, le 24 janvier. » – Louise-Maude Rioux-Soucy 

 

Le Jamais Lu

Dirigé par Marcelle Dubois, le Jamais Lu a pour mission de créer un lien fort entre le public et les auteurs d’aujourd’hui en offrant aux dramaturges des tribunes originales, engagées et festives. L’organisme œuvre par ailleurs au développement de la dramaturgie québécoise, canadienne et internationale en produisant chaque année un festival à Montréal, à Québec et à Paris. Pensées par des metteurs en scène et interprétées par des comédiens, les lectures théâtrales qui y sont présentées font jaillir des langues, des formes et des styles très variés et empreints d’une envie commune : celle d’interroger, au moyen de la fiction, le monde dans lequel nous vivons.

Cet événement est passé.

18e FESTIVAL DU JAMAIS LU

Comment peut-on partager un territoire et connaître
Si peu de choses les un∙e∙s sur les autres ?
Comment s’ouvrir au monde si on ne sait pas parler à son.sa voisin∙e ?
Comment prendre conscience de la désuétude des réseaux systémiques en place ?
Comment, en 2019, reconstruire les ponts brisés par des décennies d’Histoire
Conquérante et de politiques partisanes ?

L’actualité nous hurle au visage :
Quelque chose cloche au pays de l’identité québécoise
Quelque chose isole
Quelque chose urge
Quelque chose doit être franchi
Maintenant
Pour ne pas abîmer demain.

À une époque
Où l’on doit embrasser la grande réconciliation
Où le vivre-ensemble doit être plus qu’un concept
Où la parité doit cesser d’être un objectif
Où la binarité ne doit plus être un dogme
À une époque où les auteurs et les autrices de la nouvelle génération
Invitent à faire un grand bond vers l’avant :
Nous devons passer à l’action.
Franchir les solitudes
C’est aller vers
Sans piller, sans s’oublier, sans renier
Franchir les solitudes
C’est être singuliers∙ères ensemble.
Les auteurs et les autrices sont maître∙esse∙s de fiction
Ils et elles ont le pouvoir de refaire le monde.
Nous avons bien besoin de le repenser, ce monde ;
Les auteurs et les autrices réuni∙e∙s dans cette édition s’en chargent.
Ils et elles franchiront la densité de l’époque
Pour nous rassembler autour d’un imaginaire collectif qui se renouvelle.

Le Jamais Lu a 18 ans.
L’âge de la majorité
L’âge de revisiter son urgence de dire
De s’ancrer dans les réalités et les espoirs de ceux et celles
Qui fomentent l’avenir.

Cette édition est le fruit d’une collaboration signifiante
Une édition qui n’aurait pu se bâtir seule
Une édition qui fait la preuve concrète de la richesse de la collectivité
De l’importance de restructurer ses réseaux
Et d’embrasser la pluralité des existences.

Bienvenue à toutes les solitudes ;
Ces prochains jours, nous franchirons
Les seuils de nos espoirs collectifs
Et ce, dans la fête.

Le Jamais Lu

Fondé en 2001 par Marcelle Dubois, codirectrice artistique du Théâtre Aux Écuries, le Jamais Lu a pour mission de créer un lien fort entre le public et les auteurs d’aujourd’hui. Il offre aux dramaturges, particulièrement à ceux de la relève, des tribunes originales, engagées et festives.

 

Événement annulé

Par : Casteliers et Pleurer Dans’ Douche

Durée : 50 minutes

Pour : adultes et adolescent·e·s dès 13 ans

Horaires : 20h

Lieu: L'Arène

Cet événement est passé.

Suite aux nouvelles mesures gouvernementales, les représentations pour STABAT PATER sont annulées. La compagnie Pleurer Dans’Douche pourra tout de même profiter du même temps en salle pour une résidence de création. Mais restez à l’affût !

Tantôt fantastique, tantôt réaliste, la fable de Stabat Pater met en scène le quotidien de Jeff Tracy. Figure paternelle des Sentinelles de l’air, la célèbre émission d’aventures, Tracy incarne ici le rôle d’un retraité atteint de la maladie dégénérative de Parkinson. Vous serez témoins d’un récit touchant, évoluant au rythme de la maladie.

 

Stabat Pater aurait du être diffusé dans le cadre du Festival de Casteliers qui a lieu du 3 au 7 mars 2021.

 

Pour en savoir plus sur l’envers du décor de cette fascinante pièce :

 

© Katya Konioukhova

Crédits

Texte, mise en scène et scénographie : Mélodie Noël-Rousseau et Geneviève Labelle
Marionnettes : Jean-Pierre Gilbert, Suzanne Labelle et Duncan Willis
Musique : Geneviève Labelle
Éclairage : Josianne Dulong-Savignac
Interprétation : Mélodie Noël-Rousseau et Geneviève Labelle

Pleurer Dans’ Douche remercie le Théâtre aux Écuries, Le Théâtre de La Pire Espèce, le Centre des arts de la scène Jean-Besré (CASJB), la maison de la culture de Plateau Mont-Royal et Parkinson Québec pour leur soutien.

À propos de Pleurer Dans' Douche

Fondée en 2016 par Mélodie Noël Rousseau et Geneviève Labelle, la compagnie Pleurer Dansʼ Douche produit du théâtre fusion. Pour servir leur propos, les co-fondatrices créent en utilisant leurs multiples talents : violonistes classiques, autrices, joueuses d’ultimate frisbee, danseuses somatiques, drag kings, manipulatrices d’objets, artistes maquilleuses, metteuses en scène ou comédiennes. Pour chacun de leurs spectacles, leur vécu agit comme bougie d’allumage. Elles prennent leur public par surprise avec leurs œuvres brutes et irrévérencieuses. Stabat Pater s’inscrit dans leur parcours créatif aux côtés de Socks, Mosca Techno Remix, Moi : Le zoo, Rock Bière : Le documentaire, Explosion et In Da Club.

À propos du Festival de Casteliers

Présentée du 3 au 7 mars 2021, la 16e édition du Festival de Casteliers proposera des spectacles de formes intimes, pour de petits nombres de spectateurs, enfants ou adultes, afin de retrouver le plaisir d’être ensemble et combattre l’isolement. En solidarité avec la communauté artistique d’ici, le festival présentera une dizaine de spectacles de marionnettistes québécois au Théâtre Outremont, au Théâtre Aux Écuries, à la Maison internationale des arts de la marionnette (MIAM) et dans d’autres théâtres de la ville. Le parcours-exposition Marionnettes en vitrines! ainsi que de nouvelles activités virtuelles compléteront le programme, pour le plaisir du plus grand nombre ! La programmation sera dévoilée le 4 février 2021.

 

Site web

Facebook

Instagram

🛑Les billets pour toutes les représentations de l’événement seront mis en vente le 2 août. En cas d’annulation après achat de votre billet, nous procéderons à un remboursement intégral. Merci de votre compréhension. 🛑

 

Horaires :

à venir

Lieu: L'Arène

tarif à venir

Août 2021

D L M M J V S

La billetterie et la programmation complète seront en ligne le 2 août 2021

Le Festival du Jamais Lu propose aux auteurs et autrices de théâtre, essentiellement de la relève, une tribune pour la lecture de leurs textes inédits. Pensées par des metteurs et metteuses en scène et portées par la voix de comédiens et comédiennes, ces lectures théâtrales font jaillir des langues, des formes, des styles très variés, mais tous empreints d’une envie commune : celle d’interroger, au moyen de la fiction, le monde dans lequel nous vivons. La programmation veut présenter un panorama actuel de notre société.


Pendant une dizaine de jours, les Écuries sont le théâtre d’œuvres fraîchement achevées, de projets éditoriaux spéciaux, d’événements communautaires, de lectures jeune public et de classes de maîtres, dans une ambiance cabaret où l’on peut traîner tardivement autour d’un verre question de refaire le monde, inspirés par les mots entendus.


À chaque édition, la cellule artistique du Jamais Lu (composée de Marcelle Dubois et de Fanny Brossard-Charbonneau) s’accompagne d’une différente co-direction artistique.

Encourageons les nouveaux textes afin que nos scènes de demain soient habitées de mots vivants et actuels. 

 

 

Site web

Facebook

Instagram 

Le Jamais Lu

Fondé en 2001 par Marcelle Dubois, codirectrice artistique du Théâtre Aux Écuries, le Jamais Lu a pour mission de créer un lien fort entre le public et les auteur·trice·s d’aujourd’hui. Il offre aux dramaturges, particulièrement à ceux de la relève, des tribunes originales, engagées et festives. Le Jamais Lu œuvre au développement de la dramaturgie québécoise, canadienne et internationale.

Chaque année, le Jamais Lu produit un festival à Montréal, un à Québec et un à Paris. Ces trois événements présentent des lectures théâtrales au grand public. Celles-ci sont pensées par des metteur·e·s en scène et portées par des comédien·ne·s professionnel·le·s. Elles font jaillir des langues, des formes et des styles très variés et empreints d’une envie commune : celle d’interroger, au moyen de la fiction, le monde dans lequel nous vivons.

🛑 Les billets pour toutes les représentations de l’événement seront mis en vente, au plus tôt, un mois avant la date de première, au plus tard, quelques jours avant, en fonction des pronostics de la Santé publique. En cas d’annulation du spectacle après achat de votre billet, nous procéderons à un remboursement intégral. Merci de votre compréhension. 🛑

Par : Casteliers

Durée : à venir

Pour : tout public

Horaires : à venir

Lieu: L'Arène

Cet événement est passé.

Le dévoilement de la programmation de la 16e édition du Festival de Casteliers se fera le 4 février 2021 à 17h00. Confirmez votre présence dès maintenant sur la page Facebook de l’événement ! 

Confirmer sa présence

 

Le spectacle qui aura lieu au Théâtre Aux Écuries sera dévoilé le 4 février 2021 durant le dévoilement de la programmation. 

 

Présentée du 3 au 7 mars 2021, la 16e édition du Festival de Casteliers proposera des spectacles de formes intimes, pour de petits nombres de spectateurs, enfants ou adultes, afin de retrouver le plaisir d’être ensemble et combattre l’isolement. En solidarité avec la communauté artistique d’ici, le festival présentera une dizaine de spectacles de marionnettistes québécois au Théâtre Outremont, au Théâtre Aux Écuries, à la Maison internationale des arts de la marionnette (MIAM) et dans d’autres théâtres de la ville. Le parcours-exposition Marionnettes en vitrines! ainsi que de nouvelles activités virtuelles compléteront le programme, pour le plaisir du plus grand nombre ! La programmation sera dévoilée le 4 février 2021 à 17h00.

 

 

 

Crédits

à venir

Casteliers

Fondé en 2005, Casteliers est un diffuseur spécialisé en théâtre voué aux arts de la marionnette. Casteliers organise un festival international annuel, Le Festival de Casteliers, et une saison de programmation. Casteliers s’adresse tant aux enfants qu’aux adultes et propose des spectacles de formes traditionnelles ou contemporaines, témoignages de la richesse du passé et de la pluralité des créations nouvelles qui s’en inspirent.

 

.

Site web

Facebook

Instagram

Produit par : LA SERRE – arts vivants

Artiste : Amélie Dallaire

Horaire : 19h30 en virtuel 

Cet événement est passé.

Comment j’ai guéri à l’aide de PowerPoint est un témoignage/conférence d’une femme qui a découvert sa singularité lors d’une dépression. Elle nous raconte comment elle a apprivoisé le logiciel le plus connu au monde et la relation intime qu’elle a développée avec celui-ci pour apprivoiser ses idées noires. N’ayant la force au départ que de produire un point, celui-ci s’anime ensuite et se reproduit. En déclinant signes de ponctuation, polices de caractère et une panoplie de transitions, elle nous fait revivre son voyage initiatique où se sont révélés des intérêts insoupçonnés et une sensibilité oubliée.

 

Comment j’ai guéri à l’aide de PowerPoint sera présenté en webdiffusion dans le cadre de la 15e édition du OFFTA qui se tiendra entre le 28 mai et le 6 juin 2021.

 

Tout savoir sur la 15e édition du festival

 

LA SERRE – arts vivants

Parce qu’elle croit que l’art est essentiel pour lier l’individu à sa communauté, LA SERRE – arts vivants est un pôle de création qui provoque des rencontres et qui met à la disposition des artistes émergents des environnements favorables à la création d’œuvres significatives ainsi qu’à leur rayonnement.

LA SERRE est un incubateur structurant pour l’amélioration des conditions d’exercice des artistes émergents en arts vivants. Elle les accompagne dans le déploiement de leurs œuvres à partir de l’idéation jusqu’à leurs rencontres avec les publics. Elle aide l’artiste à développer son autonomie, sa maturité organisationnelle et son indépendance artistique. LA SERRE agit comme activateur de collaborations entre les artistes et les différents partenaires locaux, nationaux et internationaux ainsi qu’entre les artistes de différentes disciplines artistiques et d’autres secteurs d’activités. Artistiquement, LA SERRE privilégie des projets qui tissent des liens évocateurs entre les arts et la société et qui favorisent la rencontre entre les différents champs disciplinaires et sectoriels.
Le mandat de LA SERRE se déploie en trois axes d’activités :
– Artistes : soutien de projets en production déléguée
– Événements : conception et production d’événements dédiés à l’émergence
– Ateliers : espaces de recherche et de collaboration pour la communauté, développement des pratiques
Le OFFTA
Festival voué à la jeune création d’avant-garde en arts vivants.
Manifestation artistique annuelle créée en marge du Festival TransAmériques (FTA), le OFFTA est un festival voué à la jeune création d’avant-garde en arts vivants. Depuis 2007, il défriche tout au long de l’année le paysage artistique local afin de mettre de l’avant des créateurs dont la démarche guide les nouveaux courants en théâtre, danse et performance. Le OFFTA fonde son identité sur une direction artistique favorisant les démarches fortes et singulières, les pratiques émergentes et l’expérimentation.
Le OFFTA aspire à un décloisonnement des pratiques artistiques contemporaines et de leur public respectif. Dans cette vision transdisciplinaire, le OFFTA diffuse et produit des événements métissés, qui bousculent les pratiques établies des arts vivants et questionnent les modes de représentation, tout en favorisant la participation, le dialogue et la coopération.
Crédits - Comment j’ai guéri à l’aide de PowerPoint

Idéation, interprétation et texte : Amélie Dallaire

Visuel : Amélie Dallaire

Avec le soutien de : LA SERRE – arts vivants + L’Amicale (BE)

Résidences de création : Théâtre Aux Écuries

À propos d'Amélie Dallaire

Amélie Dallaire s’intéresse à ce qui est invisible, surnaturel et drôle. Depuis sa sortie du conservatoire d’art dramatique de Montréal, elle a écrit des courtes pièces mettant en scène des héroïnes particulières, témoignant de son affection pour le fantastique banal. Elle crée des personnages qui ne possèdent pas de bonnes aptitudes à exprimer leurs idées. Elle aime les silences, qui lui permettent d’exprimer une vérité peut-être plus grande que si elle écrivait beaucoup de mots.