Lieu: L'Arène

Cet événement est passé.

*représentations en français

Après une tournée internationale et plusieurs récompenses à Édimbourg, nous avons le plaisir d’accueillir Foreign Radical. Dans cette performance, 30 participant·e·s sont invité·e·s à participer à un intrigant jeu théâtral dont les enjeux portent sur la sécurité, le profilage, le respect de la vie privée et la liberté d’expression, à l’ère de la cyber-surveillance. Appelé·e·s à se déplacer tout au long de la représentation, les participant·e·s collaborent, se livrent concurrence, mènent des enquêtes, débattent les uns avec les autres et s’espionnent. Chaque performance est absolument unique puisque la dynamique de l’auditoire a une incidence sur le résultat.

Le décor de Foreign Radical est scindé en plusieurs espaces où les participant·e·s sont témoins de points de vue différents sur l’action, en fonction de leurs propres réponses et de celles du groupe aux diverses questions posées par l’« animateur » du jeu. S’ils sont parfois regroupés en équipes, il leur arrive aussi de recueillir eux-mêmes des éléments probants à partir de scènes dramatiques et de documentaires qui informent leurs points de vue et la façon dont ils et elles jouent le jeu.

« Véritable tour de force multimédia en anglais, en farsi et en arabe, ce jeu radical s’articulant autour du thème du secret est ‟un spectacle qui vous donne des frissons” » (The Scotsman).

Crédits

Texte : Tim Carlson
Co-création : Tim Carlson, Jeremy Waller, David Mesiha, Kathleen Flaherty, Cande Andrade, Milton Lim et Aryo Khakpour
Mise en scène : Jeremy Waller
Conception des éclairages : Kyla Gardiner
Conception des vidéos : Cande Andrade
Composition et conception sonore : David Mesiha
Dramaturgie : Kathleen Flaherty
Traduction : Lyne Barnabé
Distribution : Mehdi Darvish, Marilyn Perreault
Production : Theatre Conspiracy

 

Theatre Conspiracy

Basée à Vancouver, la troupe Theatre Conspiracy présente des performances de nature expérimentale dont l’approche critique et la curiosité esthétique contribuent à l’établissement d’un dialogue public qui favorise la liberté d’expression, la diversité des identités et des opinions, en plus de défier le statu quo. Theatre Conspiracy offre aux artistes qui souhaitent créer des œuvres contemporaines destinées à la scène et aux médias, une plateforme qui leur permet d’approfondir de nouvelles tendances touchant la société, la politique et la culture.

Lieu: L'Arène

Cet événement est passé.

Dans Les contes zen du potager, les héros sont des moines ou des samouraïs; un légume, un fruit ou une petite douceur leur sert de corps, révélant leur caractère. Composé tel un recueil de courtes formes et de haïkus, chaque intervention des manipulateurs se veut aussi assurée et minimale que le geste du calligraphe ou du cuisinier japonais, aussi rituelle que l’art du thé, aussi amusante et inventive que le permet l’art de l’objet!

Créée en 2018 par Olivier Ducas et Karine St-Arnaud, Contes zen du potager est basée sur des contes traditionnels zen. La création a déjà été présentée dans trois festivals au Canada : Marionnettes plein la rue, Micro-festival de marionnettes inachevées, ainsi qu’au festival international de marionnettes de Casteliers à Montréal en mars 2019.

Crédits

Auteur : Olivier Ducas, à partir de contes zen traditionnels
Production : Théâtre de la Pire Espèce
Conception artistique : Olivier Ducas, Karine St-Arnaud, Francis Monty
Distribution : Olivier Ducas, Karine St-Arnaud
Direction de production et technique : Clémence Doray
À partir des objets de : Olivier Doray

Le Théâtre de la Pire Espèce

Depuis 1999, le Théâtre de la Pire Espèce emprunte ses techniques à différentes disciplines telles que la marionnette, le théâtre d’objets, le clown, le cabaret et le théâtre de rue. La compagnie s’applique à développer, en explorant le processus de création, un art vivant, novateur et accessible. Contournant l’illusion théâtrale, elle souhaite établir un rapport direct avec le public, au profit d’une complicité avec le spectateur. Impertinent, festif et accidentellement érudit, son théâtre allie matériaux bruts et imagination débridée, foisonnement baroque et précision chirurgicale.

 

À Londres, vers la fin du XIXe siècle, l’excentrique et érudit docteur Jekyll fait la découverte scientifique d’une substance pouvant dissocier son moi docile et noble de son moi instinctif et brutal. Dès lors, il se dédouble, adoptant deux personnalités : Jekyll et Hyde. Les mystérieux agissements de Hyde, devenu rapidement hors de contrôle, soulèveront l’inquiétude de ceux qui observent de près cette lutte intime entre le bien et le mal.

Adapté du célèbre roman L’étrange cas du Dr Jekyll et de Mister Hyde, précurseur de la psychologie moderne sur la dualité de l’âme, cette nouvelle pièce rend hommage à l’expertise hybride qui fait la renommée de ses créateurs (masque, marionnette, théâtre d’ombres, écriture non linéaire) pour donner vie aux étranges manifestations inconscientes des personnages. Une œuvre surprenante à l’esthétique unique, portant sur le sentiment d’étrangeté qu’on peut avoir face au monde et à soi-même.

 

*Vendredi 21 février : soirée 2 spectacles, L’Effet Hyde sera précédé de Contes zen du potager!

Crédits

Auteurs : Francis Monty, d’après L’étrange cas du Dr Jekyll et de Mister Hyde de Robert Louis Stevenson
Coproduction : Marcelle Hudon et Théâtre de la Pire Espèce
Mise en scène : Marcelle Hudon et Francis Monty
Collaboration à la mise en scène : Olivier Ducas
Collaboration à la création : Louis Hudon
Distribution : Bernard Falaise, Louis Hudon, Marcelle Hudon et Francis Monty
Conception des costumes et conseils scénographiques : Julie Vallée-Léger
Conception des lumières : Thomas Godefroid
Masques, marionnettes et scénographie : Marcelle Hudon
Musique : Bernard Falaise
Spatialisation sonore : Jean Gaudreau
Direction de production et technique : Clémence Doray
Régisseuse : Marie-Claude D’Orazio

Le Théâtre de la Pire Espèce

Depuis 1999, le Théâtre de la Pire Espèce emprunte ses techniques à différentes disciplines telles que la marionnette, le théâtre d’objets, le clown, le cabaret et le théâtre de rue. La compagnie s’applique à développer, en explorant le processus de création, un art vivant, novateur et accessible. Contournant l’illusion théâtrale, elle souhaite établir un rapport direct avec le public, au profit d’une complicité avec le spectateur. Impertinent, festif et accidentellement érudit, son théâtre allie matériaux bruts et imagination débridée, foisonnement baroque et précision chirurgicale.

Marcelle Hudon

Marionnettiste, artiste du nouveau théâtre et des arts interdisciplinaires, Marcelle Hudon est reconnue pour ses spectacles étonnants dans lesquels le jeu d’acteur, l’ombre, la projection vidéo, la marionnette, l’objet, le mot, le son et le masque jouent entre eux et forment des machines à rêverie. La scène est l’extension de son atelier. C’est une redoutable manipulatrice dont on a pu voir les prestations au théâtre, à la télé, au cinéma.

Média

Lieu: L'Arène

Cet événement est passé.

Un spectacle qui par son fond et sa forme s’intéresse au rôle que nous prêtons désormais au bonheur au sein de notre société. Guidé·e·s par une psychothérapeute, coach de vie et guide intermédiaire de la méthode de méditation pleine conscience, les employé·e·s en viendront à se questionner sur la place qu’occupe le bonheur dans leur propre vie, de façon individuelle et collective. Quel sens souhaitons nous donner à notre existence?  Dans sa quête de bonheur, le Sage ne donne pas un poisson au nécessiteux; il lui apprend à pêcher. Mais parfois le bonheur est dur à saisir et occasionne bien des surprises, tel un poisson glissant. À travers différents tableaux tous plus éclatés les uns que les autres, cette nouvelle création du Théâtre La moindre des choses se pose comme une invitation à la philosophie, comme une balade métaphysique au coeur même de l’existence, comme une séance d’art thérapie où le rire devient moteur de réflexion.
Crédits

Texte : François Ruel-Côté, avec la collaboration de David Bélanger et Thomas Vachon Croteau
Production : Théâtre La moindre des choses
Mise en scène : Cédrik Lapratte-Roy
Assistance mise en scène et régie : Paméla Dumas
Conception sonore : Marie-Frédérique Gravel
Conception d’éclairage et direction technique : Hubert Leduc-Villeneuve
Conception du décor et accessoires : Estelle Charron
Conception des costumes : Leilah Dufour-Forget
Distribution : Marianne Dansereau, Simon Beaulé-Bulman, Audrey-Ann Tremblay, Sébastien Tessier et François Ruel-Côté

Activités Parallèles

6 février : Paroles en liberté : Le travail fait-il le bonheur?

8 février : Silence, on enregistre! Activité d’initiation aux techniques d’enregistrement de balado avec La Puce à l’oreille (pour les 8 à 12 ans).

La moindre des choses

La moindre des choses est une compagnie de création créé en 2015 qui pose un regard ludique sur l’existence. Changer le plomb en or, arrêter le temps et vaincre la mort, parce que c’est bien la moindre des choses.

La moindre des choses se distingue par une écriture punchée et un jeu sensible, elle fait de la niaiserie une oeuvre d’art. Magnifier le réel, surprendre le public, rire et réfléchir. Changer le plomb en or, arrêter le temps et vaincre la mort, parce que c’est bien la moindre des choses.

Média

Lieu: Café

Cet événement est passé.

L’événement Hors-Série du Théâtre Aux Écuries convoque pour cette deuxième édition le Festival du Jamais Lu. 3 textes, 3 artistes, 3 histoires prendront vie pour la première fois sous forme de lectures dans le café-bar les 22, 23 et 24 janvier. Des soirées qui réchauffent en plein coeur de l’hiver!
22 janvier 2020 / AUJOURD’HUI, SI 

Atteinte d’un cancer incurable, Anne décide de ne pas subir les traitements. La pièce s’ouvre alors qu’elle rentre de sa première séance de chimiothérapie, rendez-vous qu’elle a fui à toutes jambes, suivie par son conjoint Gabriel qui essaie tant bien que mal de comprendre sa logique. Au fil et à mesure que progressera la conversation entre les amoureux et les visites d’amis et membres de la famille alertés par Gabriel, on découvrira la vision désespérée de Anne vis-à-vis son époque, son sentiment de culpabilité et sa fatigue. Anne prendra conscience, lors de l’ultime visite de la journée : sa fille de quatre ans qui passait la journée chez sa tante pour le premier traitement, qu’elle caresse l’espoir que sa mort devienne un geste fort qui saisira l’imaginaire collectif qui extrairait des foules de l’immobilisme et du confort : un sacrifice pour qu’il y ait une suite au monde.

Texte et mise en lecture : Gabrielle Lessard
Distribution : Émile Proulx-Cloutier, Charlotte Aubin, Marie-Anick Blais, Lamia Benhacine, Diane Langlois

 

23 janvier 2020 / MYTHOLOGIE

Il y a six ans, ma mère a décidé de changer de vie. Elle habiterait dorénavant dans une nouvelle ville, dans une nouvelle maison.

Quelques semaines avant sa fuite, elle était venue chez moi et elle m’avait donné une valise. À l’intérieur de celle-ci, il y avait une robe, des souliers de jeune fille, une silhouette d’elle découpée dans du papier par un artiste ambulant et son vieux manuel de couture. Elle m’a dit que c’était tout ce qui restait de son passé, qu’elle voulait laisser ses objets entre bonnes mains et qu’un jour, peut-être, je saurais en faire quelque chose.

Suite à sa disparition, j’ai commencé à me questionner sur mes origines et à récolter des indices pour sauver les souvenirs que ma mère a voulu effacer. J’ai commencé par fouiller de fond en comble la maison familiale. J’ai réalisé que cette maison était maintenant parsemée de trous de mémoire. Dans les tiroirs, il ne restait que quelques vêtements de ma mère. Certains meubles étaient disparus. Sur les murs, il manquait des cadres et dans les albums de famille plusieurs photos avaient été enlevées. Un seul album est resté intact : celui du mariage de mes parents.

Les objets restants et ceux qui sont disparus sont la matière qui sera exploitée dans cette création. Ils me permettront de raconter l’histoire de ma mère et, par le fait même, trouver les mots qu’elle n’a jamais eus pour s’exprimer. En prenant la parole, j’offre une voix à ma mère, mais aussi à de nombreuses femmes de cette génération.

Texte, mise en scène et réalisation : Sarianne Cormier
Assistance mise en scène : Patrice Charbonneau Brunelle
Direction artistique : Patrice Charbonneau Brunelle
Musique : Peter Venne
Distribution : Sarianne Cormier, Patrice Charbonneau Brunelle, Peter Venne
24 janvier 2020 / PYJAMA GIRL

Une femme vêtue d’un pyjama jaune en soie est retrouvée morte dans un tuyau en béton. Défigurée, non-identifiable, elle porte le nom de Pyjama Girl et renaît pour prendre la parole. Deux autres femmes, Anna et Linda, disparues et oubliées, revivent elles aussi. À trois, elles essayeront de (re)construire leur propre histoire, de (re)prendre leur place dans un monde qui les a fait disparaître.

Librement inspiré d’un fait divers survenu en 1934, Pyjama Girl explore le corps sensible, l’expérience de la douleur et la prise de parole, tout en dénonçant les différentes formes de violence faites aux femmes.

Texte : Léa Sowa-Quéniart
Mise en lecture : Zoé Tremblay-Bianco
Distribution : Simone Latour Bellavance, Virginie Ouellet, Aline Winant, Vincent Kim

 

Le Jamais Lu

Dirigé par Marcelle Dubois, le Jamais Lu a pour mission de créer un lien fort entre le public et les auteurs d’aujourd’hui en offrant aux dramaturges des tribunes originales, engagées et festives. L’organisme œuvre par ailleurs au développement de la dramaturgie québécoise, canadienne et internationale en produisant chaque année un festival à Montréal, à Québec et à Paris. Pensées par des metteurs en scène et interprétées par des comédiens, les lectures théâtrales qui y sont présentées font jaillir des langues, des formes et des styles très variés et empreints d’une envie commune : celle d’interroger, au moyen de la fiction, le monde dans lequel nous vivons.

Cet événement est passé.

Réfugié.e.s dans une salle de profs aussi temporaire qu’inappropriée, quatre enseignant.e.s tentent de prévenir les multiples turbulences qui secouent leur milieu où pullulent opinions et sensibilités en tout genre. À chaque instant, tout peut s’enflammer. Seul réconfort : la photocopieuse est toujours là et elle fonctionne… pour l’instant.

Le Théâtre I.N.K. poursuit sa démarche de théâtre physique en chorégraphiant les angoisses, malaises, secrets et exploits de ceux et celles qui forment, avec un doigté olympien, les cerveaux de demain.

 

À l’invitation d’Annie Ranger, des personnalités de divers milieux seront invitées à prendre parole sur le thème de l’éducation durant 3 minutes avant les représentations :

– 15 novembre : Violaine Cousineau, commissaire indépendante à la CSDM
– 16 novembre : Stéphane Vigneault, membre du Mouvement « L’école ensemble »
– 19 novembre : Suzanne-G. Chartrand, porte-parole du collectif « Debout pour l’école »
– 20 novembre : Julie Verdy et Marie Godbout-Longpré du groupe « Option Chomedey » pour l’école secondaire Chomedey-De-Maisonneuve
– 21 novembre : Julie Pinsonneault, enseignante de français
– 22 novembre : Kathya Dufault, enseignante de français
– 26 novembre : Judith Lussier journaliste, chroniqueuse et autrice du livre On peut plus rien dire
– 27 novembre : Sara Montpetit, étudiante et fondatrice du mouvement « Pour un futur MTL »
– 28 novembre : Pascale Grignon, porte-parole du mouvement « Je protège mon école publique »
– 29 novembre : Sylvain Martel, commissaire-parent à la Commission scolaire de Laval

 

Crédits

Texte : Rébecca Déraspe
Mise en scène : Annie Ranger
Assistance mise en scène : Jasmine Kamruzzaman
Décor : Marie-Ève Fortier
Costumes : Cynthia St-Gelais
Son : Andréa Marsolais-Roy
Lumière : Leticia Hamaoui
Direction technique : Marianne Lapointe
Direction de production : Elsa Posnic
Distribution : Solo Fugère, Xavier Malo, Marilyn Perreault et Klervi Thienpont
Production : Théâtre I.N.K.

Théâtre I.N.K.

Fondé en 2002 par Marilyn Perreault et Annie Ranger, le Théâtre I.N.K. crée et met en scène, pour les publics adolescent et adulte, des textes inédits d’ici tout en portant une attention particulière à l’intégration de l’image et du mouvement dans l’interprétation théâtrale.

Le Théâtre I.N.K. a, jusqu’à présent, dix productions à son actifs : Fiel (2018), Jusqu’au sang ou presque (2015), La beauté du monde (2015), Lignedebus / Bus Stops (2014 et 2016), L’effet du temps sur Matèvina (2012), Robin et Marion (2012), La robe de Gulnara (2010), Roche, papier, couteau… (2007), La cadette (2006) et Les Apatrides (2003). Plusieurs spectacles du Théâtre I.N.K. se sont mérités prix et nominations : Bus Stops (nominations aux METAs dans quatre catégories : meilleure production, distribution, éclairages et décor), Lignedebus (Prix du public et nomination dans la catégorie «interprète masculin» – Gala des Cochons d’or), Robin et Marion (nomination dans la catégorie «interprète masculin» – AQCT), La robe de Gulnara (Prix «production Québec» – AQCT), La cadette (nomination dans la catégorie «production Montréal» – Gala des Masques) et Les Apatrides (récipiendaire des Masques «révélation de l’année» et «conception de décor»).

Parmi les grands projets qui ont jalonné le parcours du Théâtre I.N.K., notons la co-fondation du Théâtre Aux Écuries avec six autres compagnies et la mise sur pied du mouvement Femmes pour l’Équité en Théâtre (F.E.T.).

Média

Événement spéciaux

▷ Le samedi 16 novembre, les enfants de 8 à 12 ans pourront participer à un atelier d’enregistrement de balado sur le thème de l’éducation avec La puce à l’oreille, cependant que les adultes et les plus jeunes assisteront à la représentation. Écouter l’émission. 
▷ Le mardi 19 novembre, la représentation sera suivie d’une table-ronde organisée par le collectif Debout pour l’école
▷ Le jeudi 21 novembre, la représentation sera suivie par notre cycle de discussion Paroles en liberté et réunira l’enseignante Julie Pinsonneault, la chercheuse à l’IRIS Marianne di Croce, l’étudiante et fondatrice du mouvement Pour un futur MTL Sara Montpetit et la metteuse en scène Annie Ranger. Animé par Katy Boucher.

« Doter les animaux d’émotions humaines a longtemps représenté un tabou scientifique. Mais si nous ne le faisons pas, nous risquons de passer à côté de quelque chose de fondamental, tant à propos des animaux que de nous-mêmes. » – Frans de Waal, primatologue et éthologue.

Basé sur des faits réels, le spectacle met en scène une chimpanzé femelle, vieillissante et isolée, qui se remémore les fragments de son enfance vécue au sein d’une famille d’êtres humains, avant d’être confinée dans un laboratoire. Avec une grande sensibilité et une manipulation virtuose, Chimpanzé questionne le rapport affectif entre l’animal et l’humain, alors que les limites s’estompent… La dure réalité fait réapparaître de vifs souvenirs dans ce spectacle de marionnette sans dialogue.

Aacclamé à New York lors de sa création au printemps 2019, Chimpanzé sera présenté en France en septembre, puis en première canadienne du 16 au 18 octobre 2019, à Montréal, au Théâtre Aux Écuries.

Crédits
Création, mise en scène, scénographie et marionnettes : Nick Lehane
Conception sonore : Kate Marvin
Assistant, conception sonore : Avery Orvis
Éclairage : Marika Kent
Assistant, éclairage : Ayumu « Poe » Saegusa
Interprétation : Rowan Magee, Andy Manjuck et Emma Wiseman
Contributions : Cheryl Henson, The Jim Henson Foundation, Barbara Busakino /
Basil Twist’s Dream Music Puppetry Program

 

Nick Lehane

Nick Lehane est un marionnettiste et acteur basé à New York. Il a étudié à la Moscow Art Theatre School et a obtenu un baccalauréat en Beaux-Arts à la Carnegie Mellon School of Drama. Le spectacle Chimpanzé a été développé à travers des ateliers offerts à The Eugene O’Neill Theater Center, à The Jim Henson Carriage House et au Puppet BloK à la Dixon Place. Lehane a également présenté ses spectacles de marionnettes à The Puppet Lab à St. Ann’s Warehouse, au Special Effects Festival à The Wild Project, et au Pillsbury House Theatre à Minneapolis.

Lieu: L'Arène

Cet événement est passé.

À l’origine du projet, se trouve une gageure : demander à des adolescents, n’ayant pour le moment qu’un pouvoir d’achat, de se pencher sur la nature des différents pouvoirs auxquels ils sont exposés et soumis : le pouvoir politique, économique, familial, parental, médiatique, institutionnel, scolaire, sans oublier celui de leurs pairs.

Le pouvoir expliqué à ceux qui l’exercent (sur moi) s’offre comme un vibrant kaléidoscope composé des questionnements inquiets, réinterprétations du monde et tentatives d’espérance de plus de deux cents adolescents sondés dans les deux dernières années. Créé avec eux, porté par eux, mais adressé aux adultes, le spectacle présente une radiographie saisissante de ceux et celles qui, ni enfants ni adultes, s’apprêtent à hériter de l’état actuel du monde.

Une production de Système Kangourou, en collaboration avec l’École Sophie-Barat et le Théâtre Aux Écuries.

 

Ce spectacle a été rendu possible grâce au soutien du programme Une école accueille un artiste en résidence du Ministère de l’éducation du Québec, de la Fondation Cole, du Conseil des arts de Montréal, du Conseil des arts du Canada, du Conseil des arts et lettres du Québec, de l’école Sophie-Barat, du Théâtre Aux Écuries et du Festival du Jamais Lu.

Crédits

De et avec : Firas Al Haddad, Mario Alhaj, Lili Azerad, Joëlle Beaugrand-Champagne, Raphaël Bencheqroun, Rémy Bouchard, Béatrice Brailovsky, Nathan Bussière, Kayla Cavallo, Rosalie Caron, Amélie Chagnon, Julia Clarke, Alexandra Corbeil, Ghadi Fallouh, Noah Farley-Pineau, Marianne Fortier, Aya Guenda, Theria Kandja, Nina Klioueva, Antoine Labelle, Émi Lessard, Matisse L’Heureux, Marianne Locas-Ouimet, Sidiki Mansare, Ève Martel, Louis-Maxime Morin, Mika Pluviose, Albertine Poirier, Yousra Rahem, Noémie Roy, Irène Sierra, Maïté St-Louis Ventura, Romane St-Pierre, Malek Thériault-Bouayad, Adèle Tremblay et Mariana Valley-Romero.
Acteur invité : Pierre-Antoine Lasnier
Musique (composition originale et performance) : Enes Ammar, Zayan Hubert-Ferraiolo, Grégoire Giroux et Marina Trpkovic
Sous la direction musicale de : Jean-Philippe Lajeunesse (contribution artistique de Lorenzo Somma, Antonin Couvrette et Florence Lorimier-Dugas).
Écriture scénique : Anne-Marie Guilmaine et Claudine Robillard
Édition des textes et dramaturgie : Pierre Lefebvre
Idéation et accompagnement dramaturgique : Michel Stringer
Scénographie : Julie Vallée-Léger
Conception et régie d’éclairages : Marie-Aube St-Amant-Duplessis
Stylisme : Robin Brazill
Direction de production : Samuel Patenaude
Direction technique et régie de plateau : Maryline Gagnon
Régie sonore : Gabriel Filiatreault
Conception des affiches et cartes postales : Élise Lafontaine et Samuel Gougoux (à partir
d’une création visuelle des adolescents)

Système Kangourou

Fondé par Anne-Marie GuilmaineClaudine Robillard et Jonathan Nadeau en 2006, Système Kangourou est une compagnie de création et de production de spectacles et d’événements interdisciplinaires.

Guidées par le désir d’injecter à la pratique théâtrale des éléments de l’art de la performance et de la sociologie, les deux codirectrices artistiques, Claudine Robillard et Anne-Marie Guilmaine travaillent le réel à même le plateau ou le bousculent artistiquement dans les espaces publics et les contextes in situ. Elles tentent de défricher de nouvelles avenues sur le plan formel et thématique. Elles prennent le pouls de leur génération et de la population en général pour créer un théâtre résolument contemporain fondé sur l’action, la prise de parole directe et la présence entière et authentique des performeurs.

Cet événement est passé.

À l’invitation de LA SERRE – arts vivants, une quarantaine de diplômé·e·s en arts vivants prendront d’assaut les différents espaces du Théâtre Aux Écuries pour y jeter les bases de leur projet et interroger leur démarche artistique. Au terme d’une semaine de résidence intensive, chaque groupe d’artistes sera amené à concevoir et à présenter une courte performance lors de trois soirées festives. Conçues sous la forme d’un déambulatoire, c’est l’occasion tout indiquée pour découvrir ce qui anime la relève!

Cette année seront accueillis des finissant·e·s de 7 établissements d’enseignement : Collège Lionel-Groulx, Conservatoire d’art dramatique, École de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe, École supérieure de théâtre de l’UQAM, École nationale de cirque, École nationale de théâtre du Canada, Université Concordia

▹ Assistez aux représentations publiques

→ 19, 20 et 21 septembre, à 19 h

Au cours de ces soirées, le public est invité à déambuler dans les différents espaces du Théâtre Aux Écuries pour découvrir dix courtes formes. 10 minutes de présentation, 5 minutes pour se déplacer au prochain espace, puis à nouveau 10 minutes de présentation. Ainsi de suite jusqu’à la fin de la soirée alors que tout le monde se retrouve au café-bar pour festoyer avec les artistes !

▹ Participez aux Sessions Larsen

→ Vendredi 20 septembre, à 10h – Gratuit

Pour encourager la rencontre constructive entre le public et les artistes, des Sessions Larsen (formule de discussion et de retour constructif) sont organisées autour d’un café le vendredi 20 septembre au Théâtre Aux Écuries. C’est l’occasion pour les spectateurs de prendre part au processus de création en partageant leur expérience et leurs commentaires sur les différentes propositions, et pour les artistes de nourrir leur travail grâce à un échange approfondi avec le public.

→ L’inscription à ces sessions se fait directement auprès de LA SERRE – arts vivants : emartzkuhn@laserre.ca

▹ Les créateurs et créatrices de l’édition 2019

Charles-Olivier Alain, Miryam Amrouche, Noémie Beaulieu, Roxanne Bédard, Juliette Bérubé-Brossard, Romy Bouchard, Guillaume Boulianne-Blais, Antoine Breton, Arthur Champagne, Elisabeth Coulon-Lafleur, Shakty Curbelo-Torrejon, Koralie d’Aragon-Bisson, Chann Delisle, Catherine Dicaire, Jeanne Dupré, Capucine Earle, Hannah Fisher, Geneviève Gagné, Jean-Loup Gagnon, Karelle Girard-Huneault, Madelyne Johnston, Madie Jolliffe, Leni Krivy, Félix Lahaye, Jean-Christophe Leblanc, Joëlle Leblanc, Rosalie Leblanc Houle, Christophe Levac, Evelyne Londei-Shortall, Mélodie Lupien, Olivier Magnan-Bossé, Marc-Antoine Morin, Tamara Nguyen, Antoine Nicolas, Olivia Pia Audet, Amélie Pineault, Marine Plasse, Jérémie Poirier, Mégane Pouliot, Clara Prezzavento, Luisina Rosas, Jérémie Roy, Mattis Savard, Ariane Trépanier, Marc-André Trépanier

▹ VOUS ÊTES ICI est un événement produit par La SERRE – arts vivants en partenariat avec le Théâtre Aux Écuries. Avec la contribution de la compagnie de Théâtre Les Deux Mondes pour le prêt de sa salle le LAB2M.

 

LA SERRE – arts vivants

Parce qu’elle croit que l’art est essentiel pour lier l’individu à sa communauté, LA SERRE – arts vivants est un pôle de création qui provoque des rencontres et qui met à la disposition des artistes émergents des environnements favorables à la création d’œuvres significatives ainsi qu’à leur rayonnement.

LA SERRE est un incubateur structurant pour l’amélioration des conditions d’exercice des artistes émergents en arts vivants. Elle les accompagne dans le déploiement de leurs œuvres à partir de l’idéation jusqu’à leurs rencontres avec les publics. Elle aide l’artiste à développer son autonomie, sa maturité organisationnelle et son indépendance artistique. LA SERRE agit comme activateur de collaborations entre les artistes et les différents partenaires locaux, nationaux et internationaux ainsi qu’entre les artistes de différentes disciplines artistiques et d’autres secteurs d’activités. Artistiquement, LA SERRE privilégie des projets qui tissent des liens évocateurs entre les arts et la société et qui favorisent la rencontre entre les différents champs disciplinaires et sectoriels. Le mandat de LA SERRE se déploie en trois axes d’activités : Artistes, Événements et Ateliers. Pour plus de renseignements : laserre.ca.