6 décembre à 19 h 30
7 décembre à 19 h 30
8 décembre à 19 h 30 et 21 h 30
9 décembre à 16 h

Durée de la représentation : 60 minutes

Lieu: L'Arène

Cet événement est passé.

Venez vivre cette grande noirceur traversée par des éclats de lumières, habitée par des danseurs-fantômes. Venez tendre l’oreille pour découvrir tous ces bruits produits par les pieds de ceux qui peuplent cet espace poétique. Une expérience pour meubler l’imaginaire des spectateurs, le faire vibrer, capter son attention.

 

Crédits

Chorégraphies de Lük Fleury, Sandrine Martel-Laferrière et Ian Yaworski.

BIGICO

Depuis 2005, la BIGICO est un diffuseur spécialisé qui soutient et orchestre le développement du mouvement de la gigue contemporaine.

Au sein du milieu de la danse au Québec, les opportunités de diffusion pour les artistes du mouvement de la gigue contemporaine demeurent limitées, étant donné la niche spécialisée de cette pratique. La BIGICO se doit d’assumer également un chapeau de producteur, en organisant divers événements récurrents, en vue de diffuser adéquatement les créations des artistes : Biennale de gigue contemporaine, OFF BIGICO, Soirée d’improvisation giguée, Gigue in the dark, Séminaire chorégraphique. Ce nouveau modèle de fonctionnement, d’un diffuseur qui agit à titre de producteur, est tributaire d’une volonté indéfectible d’assurer la viabilité d’un marché professionnel, qui aspire à se développer de manière saine et ambitieuse.

La BIGICO crée des opportunités uniques de faire valoir sur la place publique l’inventivité d’une société de gigueurs en pleine effervescence. La BIGICO met donc de l’avant la collégialité en regroupant des créateurs contemporains, chorégraphes et interprètes, qui s’expriment pour que la gigue soit vivante, vibrante et percutante en ce XXIe siècle. Elle rassemble plusieurs visions chorégraphiques assurant la vitalité d’un mouvement en constante mutation. Une gigue d’art, constamment régénérée, sous l’emprise de la recherche, dans un vif esprit de modernisation.

La BIGICO joue un rôle d’ambassadeur pour faire redécouvrir toute la richesse qui émane de ce fleuron de notre patrimoine. Cette langue des pieds nous appartient encore, une langue commune qui fait courir le bruit de sa pertinence dans la société québécoise d’aujourd’hui.

18 et 19 janvier à 19 h 30
20 janvier à 16 h

Lieu: L'Arène

Cet événement est passé.

Chorus se veut un travail de création chorégraphique en gigue contemporaine de Jonathan C. Rousseau basé sur l’improvisation giguée, impliquant trois gigueurs et gigueuses ainsi qu’un musicien. Tout en voulant reproduire l’aspect informel du jam sur scène, il explore différentes techniques d’improvisation, notamment le soundpainting, ce mouvement artistique multidisciplinaire utilisant un langage gestuel servant à la composition instantanée de son et de musique et permettant ainsi la création spontanée.

BIGICO

 

Depuis 2005, la BIGICO est un diffuseur spécialisé qui soutient et orchestre le développement du mouvement de la gigue contemporaine.

Au sein du milieu de la danse au Québec, les opportunités de diffusion pour les artistes du mouvement de la gigue contemporaine demeurent limitées, étant donné la niche spécialisée de cette pratique. La BIGICO se doit d’assumer également un chapeau de producteur, en organisant divers événements récurrents, en vue de diffuser adéquatement les créations des artistes : Biennale de gigue contemporaine, OFF BIGICO, Soirée d’improvisation giguée, Gigue in the dark, Séminaire chorégraphique. Ce nouveau modèle de fonctionnement, d’un diffuseur qui agit à titre de producteur, est tributaire d’une volonté indéfectible d’assurer la viabilité d’un marché professionnel, qui aspire à se développer de manière saine et ambitieuse.

La BIGICO crée des opportunités uniques de faire valoir sur la place publique l’inventivité d’une société de gigueurs en pleine effervescence. La BIGICO met donc de l’avant la collégialité en regroupant des créateurs contemporains, chorégraphes et interprètes, qui s’expriment pour que la gigue soit vivante, vibrante et percutante en ce XXIe siècle. Elle rassemble plusieurs visions chorégraphiques assurant la vitalité d’un mouvement en constante mutation. Une gigue d’art, constamment régénérée, sous l’emprise de la recherche, dans un vif esprit de modernisation.

La BIGICO joue un rôle d’ambassadeur pour faire redécouvrir toute la richesse qui émane de ce fleuron de notre patrimoine. Cette langue des pieds nous appartient encore, une langue commune qui fait courir le bruit de sa pertinence dans la société québécoise d’aujourd’hui.

Du mardi au vendredi à 20 h
Samedi à 16 h

*7 mars à 19h – représentation suivie de Paroles en liberté

Lieu: L'Arène

Cet événement est passé.

Dans un futur proche et trafiqué, marqué par le déclin de YouTube, un adolescent, Paulo, apprend qu’il est adopté en tombant par hasard sur une vieille vidéo de son père qui traînait sur internet. Cette révélation le pousse à partir à l’aventure avec ses amis et par la même occasion avec les parents de ses amis. Ils se retrouveront malgré eux au zoo, puis dans un cours de cirque… Véritable drame optimiste sur l’amitié, le texte du jeune auteur Maxime Brillon a reçu un accueil chaleureux lors de sa lecture au Festival du Jamais Lu en 2017. Sa mise en scène cette saison promet un spectacle festif et éclectique, célébrant le sentiment de liberté et de nonchalance qui convient bien à l’adolescence.

 

 

 

Crédits

Production : Collectif des Canons Numériques en collaboration avec Tôle
Texte : Maxime Brillon
Mise en scène : Justin Laramée
Assistance à la mise en scène : Marie-Claude D’Orazio
Avec : Maxime Brillon, Marjorie Gauvin, Marie-Ève Groulx, Karlo Vince Marra, Lise Martin, Louis-Olivier Mauffette, Frédéric Paquet et Joakim Robillard
Conception et collaboration : Hubert Leduc-VilleneuveCarl-Matthieu Neher et Olivia Pia-Audet

 

En parallèle...

Dans les médias…

Nous irons cirer nos canons numériques dans un sweatshop portugais est dans les suggestions de théâtre 2019 du Devoir.

Pour tout savoir du processus d’écriture de Maxime Brillon, écoutez ce podcast de Terrain vague 

» Programmation parallèle

Les vendredis, ça se passe au Théâtre Aux Écuries!

D’abord, le vendredi c’est dis-ton-prix (détermine le prix de ton billet selon ton budget) 😍

Et ça inclut une soirée prolongée après la représentation de Nous irons cirer nos canons numériques!

🍻🍻 Soutenez la création en buvant de la bière Drav : tous les profits iront aux artistes! Boire de la bière n’aura jamais autant été utile! (on le rappelle toutefois : la modération a bien meilleur goût!) 🍻🍻

vendredi 1er mars :  Karaoké 2000 | Bougie X Larivière

vendredi 8 mars : DJ-Benjamin Prescott Larue aka Jacques Boon

vendredi 15 mars Karaoké 2000 #2 | Bougie X Larivière

Et aussi…

Jeudi 7 mars Paroles en liberté

16 mars : événement de clôture

 

Vendredi à 21 h 30

**Ce spectacle fait partie de la programmation spéciale pour célébrer les 20 ans du Théâtre de la Pire Espèce. Il n’est pas inclus dans le vendredi dis-ton-prix.

Lieu: L'Arène

Cet événement est passé.

UBU À RELAI – 20 ANS


Une armée de baguettes de pain se dresse devant une autre, les bombes de tomates éclatent, le batteur à œufs survole les troupes en déroute, du sang de mélasse pisse sur les soldats fourchettes marchant sur le Père Ubu… Le sort de la Pologne se joue sur une petite table où, faisant flèche de tout bois, les acteurs multiplient les références cinématographiques et échafaudent sous les yeux du public cette grande fresque bouffonne miniature.


À l’occasion de ses 20 ans, le Théâtre de la Pire Espèce reprend son spectacle phare Ubu sur la table. Une soirée unique ou la pièce sera jouée, non pas par deux, mais par six acteurs qui se relaieront au fil du spectacle ! Les spectateurs auront ainsi la chance de voir une version inédite à relai avec l’ensemble des acteurs qui ont joué Ubu lors de ses plus de 850 représentations à travers le monde.


L’adaptation en théâtre d’objets de la pièce Ubu Roi, d’Alfred Jarry, a fait la renommée du Théâtre de la Pire Espèce, qui l’a jouée près de neuf cents fois dans plus de dix pays. Multipliant les commentaires à l’assistance, les acteurs-marionnettistes (à vue) s’adressent à l’intelligence du spectateur autant qu’à son imagination, offrant un deuxième niveau de lecture à cette farce cruelle. L’aspect brut et les limites expressives des objets sur table forcent les créateurs à privilégier l’action dramatique à l’évolution psychologique des personnages, tout en soulignant avec humour leur côté grotesque. Autant dire que Père Ubu s’est trouvé tout à fait à son aise au milieu des ustensiles de cuisine, utiles autant à l’empiffrement qu’à la déconfiture des « sagouins ».

Crédits

Adaptation et mise en scène : Olivier Ducas et Francis Monty
Texte : libre adaptation d’Ubu roi, d’Alfred Jarry
Interpretation : Daniel Desparois, Etienne Blanchette, Francis Monty, Marc Mauduit, Mathieu Gosselin, Olivier Ducas.
Conception d’éclairage : Jonas Veroff Bouchard
Production : Théâtre de la Pire Espèce

Le Théâtre de la Pire Espèce

Fondé et dirigé par Olivier Ducas et Francis Monty depuis 1999, le Théâtre de la Pire Espèce emprunte ses techniques à différentes disciplines telles que la marionnette, le théâtre d’objets, le clown, le cabaret et le théâtre de rue. La compagnie s’applique à développer, en explorant le processus de création, un art vivant, novateur et accessible. Contournant l’illusion théâtrale, elle souhaite établir un rapport direct avec le public, au profit d’une complicité avec le spectateur. Impertinent, festif et accidentellement érudit, son théâtre allie matériaux bruts et imagination débridée, foisonnement baroque et précision chirurgicale.

 

Du mardi au jeudi à 20 h / vendredi à 19 h
Vendredi 22 mars : soirée 2 spectacles, Persée sera suivi de Ubu à relai ! (frais additionnels)

**Samedi 23 mars : représentation décontractée**

Représentation scolaire
Mercredi 20 mars à 13 h
Réservations à groupe@auxecuries.com

 

Lieu: L'Arène

Cet événement est passé.

Le Théâtre de la Pire Espèce fête ses 20 ans cette saison !


À partir des artéfacts retrouvés sur un site de fouilles, trois archéologues du début du siècle tentent de prouver l’existence du héros mythologique Persée. Mais leur reconstitution historique se heurte sans cesse à des éléments fabuleux. L’enquête scientifique se transforme peu à peu en quête existentielle. Transfigurés par les objets qu’ils animent, ils deviendront, sous nos yeux, les protagonistes du célèbre mythe. Ainsi se développe une étrange cérémonie, tragique et burlesque à la fois. Persée réunit les formes de prédilection du Théâtre de la Pire Espèce : théâtre d’objets et jeu clownesque.

Crédits

Texte et mise en scène : Olivier Ducas, Mathieu Gosselin et Francis Monty.
Avec : Olivier Ducas, Nicolas Germain-Marchand et Francis Monty
Interprètes et manipulateurs à la création : Olivier Ducas, Mathieu Gosselin et Francis Monty
Conception et collaboration : Jonas Veroff-BouchardSimon CloutierÉric Gautron
Production : Théâtre de La Pire Espèce

 

 

Le Théâtre de la Pire Espèce

Depuis 1999, le Théâtre de la Pire Espèce emprunte ses techniques à différentes disciplines telles que la marionnette, le théâtre d’objets, le clown, le cabaret et le théâtre de rue. La compagnie s’applique à développer, en explorant le processus de création, un art vivant, novateur et accessible. Contournant l’illusion théâtrale, elle souhaite établir un rapport direct avec le public, au profit d’une complicité avec le spectateur. Impertinent, festif et accidentellement érudit, son théâtre allie matériaux bruts et imagination débridée, foisonnement baroque et précision chirurgicale.

Lieu: L'Arène

Cet événement est passé.

La BIGICO convie pour une troisième année les grands pourchasseurs de gigue à présenter des courtes pièces de 5 à 15 minutes. Le OFF BIGICO cherche à mettre de l’avant la richesse de la recherche. Il offre à une gigue d’art l’espace public pour faire renaître les sons, les gestes, les regards, pour permuter les perspectives. Le OFF BIGICO, c’est faire jaillir une idée folle. Un concept éclaté. Une déconstruction de la gigue. Une fusion inédite. Un flash. Un maudit bon flash.

 

BIGICO

Depuis 2005, la BIGICO est un diffuseur spécialisé qui soutient et orchestre le développement du mouvement de la gigue contemporaine.

Au sein du milieu de la danse au Québec, les opportunités de diffusion pour les artistes du mouvement de la gigue contemporaine demeurent limitées, étant donné la niche spécialisée de cette pratique. La BIGICO se doit d’assumer également un chapeau de producteur, en organisant divers événements récurrents, en vue de diffuser adéquatement les créations des artistes : Biennale de gigue contemporaine, OFF BIGICO, Soirée d’improvisation giguée, Gigue in the dark, Séminaire chorégraphique. Ce nouveau modèle de fonctionnement, d’un diffuseur qui agit à titre de producteur, est tributaire d’une volonté indéfectible d’assurer la viabilité d’un marché professionnel qui aspire à se développer de manière saine et ambitieuse.

La BIGICO crée des opportunités uniques de faire valoir sur la place publique l’inventivité d’une société de gigueurs en pleine effervescence. La BIGICO met donc de l’avant la collégialité en regroupant des créateurs contemporains, chorégraphes et interprètes, qui s’expriment pour que la gigue soit vivante, vibrante et percutante en ce XXIe siècle. Elle rassemble plusieurs visions chorégraphiques assurant la vitalité d’un mouvement en constante mutation. Une gigue d’art, constamment régénérée, sous l’emprise de la recherche, dans un vif esprit de modernisation.

La BIGICO joue un rôle d’ambassadeur pour faire redécouvrir toute la richesse qui émane de ce fleuron de notre patrimoine. Cette langue des pieds nous appartient encore, une langue commune qui fait courir le bruit de sa pertinence dans la société québécoise d’aujourd’hui.

30 mai 20h30

31 mai 15h

Cet événement est passé.

Poneyboyz

Ferme la porte, pose tes clés sur la table, tes sabots dans ma crinière, ta cravache sur mes flancs, tes reins près des miens. Les garçons-chevaux sont en état de fusion constante. Ils s’attirent, s’amalgament, se rejettent au gré de leurs envies. Comment se retrouve-t-on imbriqué dans un jeu de domination et de soumission cyclique à résonance mythique avec son meilleur bro ? (ça arrive plus souvent qu’on le pense).

Chorégraphie : Audrée Lewka
Interprètes : David Emmanuel Jauniaux, Guillaume Danielewski
Regard extérieur : Pierre-Luc Lapointe
Direction de production : David Emmanuel Jauniaux
Direction technique et régie : Sylvie Nobert
Conception lumières : Sylvie Nobert, Lee Anholt
Conception costumes : Audrée Lewka
Répétitrice : Emmalie Ruest
Photo et bande-annonce teaser : Audrée Lewka
Résidences de création : José Navas, Tangente, LA SERRE – arts vivants

At the end, everybody’s fucking

Après Doggy dans Gravel et Made in Beautiful, Olivier Arteau démarre une nouvelle recherche autour du phénomène de la peur et ses ramifications. À travers l’écriture scénique, le créateur témoigne de notre mutisme, de ce qui nous empêche de désobéir collectivement. Il y substitue le verbe pour le muter en (in)action à l’aide d’une multitude de masques, d’objets hétéroclites et d’un cube de gypse tristement friable. On se retrouve ainsi dans un monde sourd où le quotidien l’emporte sur l’excès, où la mémoire n’habite aucun lieu, où la mort ne sera accompagnée d’aucun rite. Que reste-t-il pour nous rendre profondément humain ?

Idéation et mise en scène : Olivier Arteau
Interprétation : Marie-Ève Bérubé, Claude Breton Potvin, Daniel D’Amours, Emma Gomez, Julie Leclerc, Lucie M. Constantineau, Alexander Peganov, Nathalie Séguin, Catherine St-Martin
Direction de production : Nathalie Séguin
Direction technique et régie : Claire Seyller
Conception vidéo : Sebastien Pircher
Conception lumières : Claire Seyller
Photo : Annie Éthier
Bande-annonce : Sebastien Pircher
Avec le soutien de Conseil des arts et des lettres du Québec, Ville de Laval
Résidences de création Maison des arts de Laval, Théâtre Périscope

LA SERRE - arts vivants

Parce qu’elle croit que l’art est essentiel pour lier l’individu à sa communauté, LA SERRE — arts vivants met à la disposition des artistes émergents des environnements favorables à la création d’œuvres significatives et à leur rayonnement. Elle agit comme un incubateur structurant pour l’amélioration des conditions d’exercice des artistes émergents en arts vivants et se positionne comme un activateur de collaboration entre les artistes, différents partenaires nationaux et internationaux et la collectivité. Artistiquement, LA SERRE privilégie des œuvres et des manières de faire qui tissent un lien transparent entre les arts, la nature et la société tout en favorisant la rencontre entre les différents champs disciplinaires et sectoriels.

 

Spectacle : 20h
6 à 8 : lancement conjoint du livre et de l’album dans le café-bar du théâtre

Tarifs 
Régulier : 20$
30 ans et moins : 15$

L’achat d’un billet comprend le téléchargement de l’album Engagement, lutte, clan et respect.

Lieu: L'Arène

Cet événement est passé.

Navet Confit dévoilera son 8e album Engagement, lutte, clan et respect via Lazy At Work le 12 avril prochain ainsi qu’un premier recueil de textes de chansons, illustrations, poésie, courtes nouvelles et autres intitulé Les films, les desserts, les chaises, les souvenirs, les voyages, la radio, les vedettes, le journal, les rêves, les fantômes, les monsieurs, les animaux, les insectes, les médicaments, les voitures, les énumérations, la répétition et les énumérations aux éditions Somme toute le 9 avril.


Afin de célébrer le tout en repoussant les limites de ses créations, Navet Confit proposera un spectacle pluridisciplinaire dans lequel l’univers de ses chansons et de son recueil prendront vie pour un soir seulement le 18 avril à 20h. Dans ce spectacle, il met en scène une série de tableaux abstraits et impressionnistes présentés avec l’anti-humour qu’on lui connaît, dans une volonté de déconstruire les codes de la diffusion de musiques en marge.


Dès 18h, vous pourrez vous procurez livre et album dans une ambiance conviviale!

Crédits

Cet exercice de synthèse sera réalisé avec ses fidèles acolytes des débuts : Lydia Champagne (batterie), Carl-Éric Hudon (guitare et machines), Émilie Proulx (basse) et les invité(e)s Mat Vézio et Géraldine. L’équipe de création comprendra aussi l’artiste visuel Martin Lachapelle (projections vidéo), l’éclairagiste Marie-Aube St-Amant Duplessis, la scénographe Estelle Charron et la sonorisatrice Catherine Sabourin.

S’ajoutent à ces collaborations de longue date de nouveaux venus : la claviériste Sheenah Ko (The Besnard Lakes), la chorégraphe et interprète Geneviève Jean-Bindley et les comédien(ne)s Catherine Le Gresley et Maxime Brillon. Navet Confitprofitera aussi de l’occasion pour présenter Nüshu, groupe de math-punk-noise qu’il a rejoint récemment.

 

Navet Confit

Auteur, compositeur, interprète, arrangeur, mixeur et réalisateur d’albums, Navet Confit est un discret et affable polymathe indie avec une propension pour les sourires en coin. Depuis 2011, il a aussi signé les conceptions sonores de plus d’une vingtaine de pièces de théâtre (dont celles du Théâtre du Futur, compagnie qu’il a co-fondée). Tenant d’autodérision, d’odes au futile et de listes trop longues, il va continuer de déranger poliment, sans convention ni compromis.

20h

Régulier 18$
16 ans et moins 12$

Cet événement est passé.

QUELS CONTES ÉMERGENT DES TUNNELS DE MINES, DES FORÊTS ÉPINEUSES OU DU LAC TÉMISCAMINGUE?


Viens t’asseoir. Prends le temps d’arriver, de t’installer. Fais comme chez toi. Nous autres, on t’accueille avec de la musique, des sourires, pis un brin de jasette. Fais rien. On te dorlote à soir avec nos chansons pis nos histoires. Des contes qu’on a ramené de chez nous, en haut du 49e parallèle; des légendes qui traînaient dans la cours arrière. On leur fait faire un tour dans la métropole le temps d’une bière. Profites-en, sont pas souvent dans le coin.

Crédits

Production : Théâtre en Quec’Part
Textes : Julie Renault et Frédérik Fournier
Interprétation : Julie Renault, Frédérik Fournier, Élisabeth Tremblay
Musique : Julie Renault et Élisabeth Tremblay
Oeil extérieur : Matthew Fournier, Philippe Soldevila, Nathalie-France Forest

Le Théâtre en Quec’Part 

Le théâtre en Quec’Part n’appartient à aucun lieu précis, son objectif principal étant de créer des ponts entre les compagnies de théâtre des grands centres et les compagnies de théâtre en région, poussant ainsi les artistes à sortir de leur cadre créatif habituel. Menée de front par deux abitibiens d’origine habitants maintenant Montréal, en Quec’Part a comme philosophie de s’ouvrir à ce qui se fait ailleurs pour axer la création vers la coopération et l’enrichissement mutuel.

Si vous avez besoin d’informations complémentaires, vous pouvez contacter le camp des arts au 514.278.3941

Cet événement est passé.

Toute l’équipe du Théâtre Aux Écuries est très heureuse de collaborer à nouveau avec le Camp des Arts dès cet été 2019 !

Les jeunes seront en résidence en nos murs du 16 au 18 juillet et du 6 au 8 août et présenteront leur spectacles de fin de camp les 18 juillet et 8 août prochain. Un vent de jeunesse et de créativité que nous avons hâte d’accueillir!

 

Le camp des arts

Fort de 20 années d’expérience en animation et en production de spectacles, le Camp des Arts de la scène est devenu une référence pour les parents à la recherche d’un camp spécialisé en arts de la scène pour des jeunes de 5 à 17 ans. Des camps de jour adaptés qui permettent de vivre une expérience artistique unique !