Entre 1940 et 1960, des milliers d’orphelin.e.s québécois.e.s — au sens d’enfants illégitimes, filles et garçons né.e.s hors mariage, selon les mœurs de l’époque — sont faussement déclaré.e.s « malades mentaux » et enfermé.e.s dans des institutions psychiatriques. Contrôle, surmédication, violences et désocialisation font partie de leur quotidien tout au long de leurs années d’internement. Le non-être qui découle de cette perte d’autonomie et de cette exclusion n’a jamais cessé de leur coller à la peau. À vrai dire, il colle, encore aujourd’hui, à la peau des survivant.e.s. 

Trois comédien.ne.s se lancent dans un dialogue intergénérationnel en rencontrant ceux qu’on nomme les orphelins de Duplessis. Ils tentent de reconstituer une part de l’histoire qui a privé ces gens de leur identité citoyenne. 


Axe·s de travail abordé·s durant l’accueil éclair : 

La richesse du texte provient des rencontres réalisées avec des orphelins de Duplessis et travaillées sous forme de verbatim. Avec les comédiens, ils chercheront comment interpréter ces voix  en préservant le caractère précieux des confidences qu’ils ont eu la chance de récolter. Comment recréer l’intimité de ces entretiens ? Comment rejouer sur scène les mots de ceux qui n’en ont pas toujours ? Comment trouver le ton juste sans tomber dans la pitié ou sans adopter un ton moralisateur ? L’équipe est impatiente de savoir comment cette histoire résonnera chez ceux qui ne la connaissent pas.


Texte : Mélodie Bujold-Henri, Olivier Hardy, Juliette Ouimet


MÉLODIE BUJOLD-HENRI, OLIVIER HARDY ET JULIETTE OUIMET

Diplômée de l’École supérieure de théâtre de l’Université du Québec à Montréal en 2018, Mélodie Bujold-Henri partage son temps entre le jeu, l’écriture et l’emploi qu’elle occupe dans le milieu funéraire. Selon elle, ses deux passions – le théâtre et la mort – sont beaucoup plus complémentaires qu’il n’y paraît.

Olivier Hardy est diplômé de l’École Supérieure de théâtre de l’UQAM. Évoluant parallèlement comme techniciens dans les médias d’information, il rencontre dans le théâtre documentaire tous les éléments pour assouvir sa soif de création. C’est par cette forme percutante, pertinente et méthodique qu’il décide de se déployer comme artiste. Il s’est d’abord intéressé à l’univers des dépanneurs québécois en présentant une courte-forme à Vous Êtes Ici

Graduée de l’UQAM en interprétation en 2018, Juliette Ouimet aura la chance d’apprendre et d’être dirigée par Alice Ronfard, Eric Jean ainsi que Peter Batakliev. Sa formation l’amènera à collaborer avec notamment la chorégraphe Mélanie Demers et Brianna Lombardo, où elle renouera avec son background en danse et en gymnastique. La recherche du dialogue dans l’Espace, corporel ou non, et la rencontre sont à la base de son processus créatif. Dans cet esprit, elle participera à plusieurs créations In situ avec le collectif Les Enfants de la Négation dans le cadre du festival SOIR (2017-2018).