Par : Pirata Théâtre

Comment : en présence

Durée : 1h15

Pour : Dès 15 ans 

Paroles en Liberté : 26 janvier

Horaires

Mardi – mercredi : 19h

Jeudi – vendredi : 20h

Samedi : 15h

 

Tarifs : 

Régulier : 28$

Réduit : 17$ – 25$ (détails en billetterie)

 

Événement Facebook

Lieu: L'Arène

Janvier 2022

D L M M J V S

Depuis janvier 2020, « L’horloge de l’Apocalypse » a été avancée à 100 secondes avant minuit par un groupe d’experts de l’«ONG Bulletin of the Atomic Scientists», composé de 13 lauréat·e·s du prix Nobel, qui évaluent le risque d’un effondrement social, nucléaire ou écologique. Minuit représente ici ce qui est imminent et irrémédiable, soit la fin du monde.
Intervenant·e·s en suicide, endeuillé·e·s et écorché·e·s s’exerceront sous vos yeux, à un jeu vertigineux et intransigeant : il·elle·s ont 100 secondes, ou moins, pour se livrer à vous tout en pédalant pour générer l’énergie nécessaire aux lampes qui les éclairent. Il·elle·s vont tout tenter pour cathartiser leur impuissance.

 

À propos

Pirater pour voir autrement. 

Dans un esprit de recherche artistique, Pirata Théâtre compose depuis 12 ans des « portraits de société ». Ces fresques vivantes sont ancrées dans le présent de la représentation et prennent leurs sources dans des matériaux non-théâtraux tels des faits véridiques, témoignages, références au réel ainsi que dans l’inclusion sur scène et dans le processus de création de citoyens non-acteurs. L’écriture de plateau et le travail de montage cherchent de nouveaux réseaux de sens entre les réalités et entre les êtres afin de faire émerger les débris invisibles que notre époque sème en nous  pensées intérieures, sensations, angles morts, constats). La scène est une plateforme pour réfléchir à ce qui nous traverse, à ce que l’on subit, à ce que les systèmes déposent en nous, à ce que nos silences endossent, à ce que l’on voudrait changer. On se souviendra de Les Bienheureux, qui rassemblait des gens recevant les services du centre de réadaptation en dépendance de Montréal pour parler de la quête de l’euphorie perpétuelle. D’Album de finissants, qui pendant cinq ans rassembla ados et acteurs sur dans une écriture éclatée et poétique. Le sixième sens, traçait un portrait de nos traumas collectifs en mettant en scène des personnes ayant un lien intime avec le choc post-traumatique.

 

Site internet

Crédits
Texte : Collage de Michelle Parent, à partir de témoignages des performeur·euse·s, de méthodes d’intervention en suicide, de la lettre de suicide de David Buckel, immolé à New York en 2018, et d’extraits de poèmes d’Huguette Gaulin
.
Écriture de plateau : Michelle Parent
.
Assistance mise en scène : Audrey Talbot et Sarah Vinet Quesnel
.
Conseil chorégraphiques : Marie-Ève Archambault et Corinne Crane
.
Conception artistique : Michelle Parent, Samuel Thériault, Marie-Ève Archambault, Marie-Ève Fortier, Andréanne Deschênes
.
Distribution : Marc Donati, Cédric Égain, Vanessa Landry, Gabriel-Antoine Roy, Annie Valin
.
Ainsi que des réelles intervenantes en suicide : Alexa Dubé et Caroline Boudreault