Par :  Flore Bailly et Camille Chavigner

Pour : Les professionnel·le·s en arts vivants

Gratuit sur réservation

Super offre : bénéficiez gratuitement d’un billet pour la représentation de Bonnes Bonnes juste après la rencontre (dans la limite des quantités disponibles, premier·e arrivé·e, premier·e servi·e. Flore et Camille communiqueront avec vous pour plus de détails)

Lieu: Café

13 Avril 2023

D L M M J V S

On se connaît, on se croise, on s’échange des courriels, on se promet un souper quand on aura le temps mais on a trop peu d’opportunités de s’asseoir et de discuter, notamment de notre métier, avec nos collègues. Les rencontres sectorielles visent à rassembler les différents corps de métier des arts vivants le temps d’un moment pour parler de sujets. Ces rencontres, organisées et animées par un·e ou plusieurs membre·s de la communauté en question, se veulent une opportunité de faire connaissance plus en profondeur, de faire la lumière sur des questions qu’on se pose tou·te·s, de mettre en place des initiatives facilitatrices et de discuter à bâtons rompus d’enjeux qui nous habitent.

Rencontre du 13 avril

Formule 5@7

Une consommation sera offerte 🙂

Animée par FLORE BAILLY et CAMILLE CHAVIGNER

FLORE BAILLY

Passionnée de culture, Flore œuvre dans le domaine des arts de la marionnette dès 2013 en tant que chargée de communication et de diffusion pour plusieurs compagnies et festivals. Arrivée au Québec en 2017, elle fait escale dans le domaine du cirque et de la chanson avant d’atterrir à l’Ensemble contemporain de Montréal (ECM+) en tant que responsable des communications jusqu’en 2021, année où elle rejoint l’équipe du Théâtre Aux Écuries.
Flore occupe le poste de responsable de la diffusion pour plusieurs projets du Centre de services, sur du court terme en leur donnant des outils et des pistes pour leur diffusion. Elle accompagne également quelques compagnies sur du long terme dans la diffusion de leur production.

.

.

.v

 

CAMILLE CHAVIGNER

Française d’origine, elle est arrivée à Montréal en 2013 dans le but de compléter son BFA à Concordia University. Là-bas, elle découvre une communauté culturelle qui lui fait questionner la place de l’artiste dans la gestion des entreprises artistiques. De ce fait, elle intègre plus tard la maîtrise en management des organismes culturels de HEC Montréal où elle découvre davantage le monde de l’art vivant. Conquise par sa collectivité active et son ample caractère humain, elle oriente ses intérêts professionnels et personnels vers ce nouvel univers qui s’ouvre à elle. Elle occupe le poste de responsable diffusion et développement au sein du Théâtre de la Pire Espèce depuis maintenant 2 ans. (Crédit photo : Dylan Schaub)

v

.

.

 

Par : Le Conseil des Arts de Montréal

La résidence de recherche et création se déroulera entre le 1er décembre 2022 et le 1er juin 2023, dans les studios du Conseil des arts de Montréal à l’Édifice Gaston-Miron et entre le 15 décembre 2022 et le 10 janvier 2023 au Théâtre Aux Écuries.

Cette résidence a pour objet le démarrage ou la poursuite d’une œuvre dans les studios de la Maison du Conseil des arts de Montréal et du Théâtre Aux Écuries. Elle vise à répondre aux besoins et aux enjeux des artistes montréalais·e·s issu·e·s de la diversité culturelle en leur offrant des conditions de création propices à stimuler la réalisation d’œuvres de qualité. Cette année, nous sommes heureux·euses d’accueillir le Collectif composé de Vincent Kim, Tamara Nguyen, Claudia Chan Tak et Dominik Rustam. pour cette résidence avec leur projet La démagogie des dragons. Par le théâtre documentaire et la fiction, le Collectif pose des questions autour du déracinement et de l’appartenance. 

À propos - COLLECTIF

Le Collectif est composé de Vincent Kim, acteur et musicien d’origine vietnamienne, coréenne et québécoise, Tamara Nguyen, autrice d’origine française et vietnamienne Claudia Chan Tak, québécoise d’origine malgache-chinoise, et Dominik Rustam, acteur et réalisateur d’origine russe-kazakh.

À propos - RÉSIDENCE DE RECHERCHE ET DE CRÉATION POUR LA DIVERSITÉ CULTURELLE EN THÉÂTRE ET PRATIQUES ARTISTIQUES NON-DISCIPLINAIRES

 

Le Conseil des arts de Montréal repère, accompagne, soutient et reconnaît l’excellence dans la création, la production et la diffusion artistiques.

 

Site internet Facebook Instagram

.

.

Par : BIGICO

Durée : 1h (avec entracte)

Tout public

Tarifs et forfaits :

Régulier : 28$

Étudiant·e·s : 22$

Crédit photo : Vitor Munhoz
Affiche : Jean-Michel Thellen

Lieu: L'Arène

Cet événement est passé.

 

10 pieds sous tête + Te souviens-tu? 

…..de Charles Labrèche ………….. ………….. ….. ………….. ………….. ……… de Rachel Carignan

.

Au cours des deux dernières années, la mémoire a été le fil conducteur des Incubateurs Labrèche et Carignan. À travers leurs explorations artistiques, les artistes ont plongé dans la mémoire du corps, la mémoire du rythme, la mémoire de la vie. À partir de moments déjà vécus, quel souvenir sommeille encore en nous ? Comment s’investir dans un processus de reconstruction de ces souvenirs pour laisser libre cours à la création ? Comment créer une œuvre en laissant plusieurs artistes interpréter leurs perceptions de ces souvenirs ?

BIGICO a soutenu depuis 2020 plusieurs phases de répétitions. La présentation au Théâtre Aux Écuries constitue un dévoilement des résultats de leur laboratoire de création respectif.

PREMIER ACTE — 10 pieds sous tête — Incubateur Labrèche

Avec Gabriel Vincent Beaudoin, Sebes-Philippe Bocz, Naomie Côté, Vincent Dubé, Charles Émond et Charles Labrèche.

10 paires de pieds. Un seul cerveau. Du nébuleux à la précision.

Les souvenirs sont souvent nébuleux, la mémoire est peu fiable. Un interprète dans un groupe de folklore accumule des souvenirs de tournée en tournée. Il emmagasine des images, des sons, des sensations. Des souvenirs associés à des endroits visités, des moments de danse marquants, des musiques entendues, des moments de vie émouvants. Pour certains, ces souvenirs sont si marquants que les revivre à nouveau serait tout aussi extatique.

Comment reconstruire des souvenirs ? Comment se rapprocher des souvenirs originels ? Ces derniers sont parfois enfouis profonds sous terre…

À partir de photos, vidéos, musiques et témoignages de ces tournées qu’ont vécues les artistes de cet incubateur, comment cette mémoire nous relie encore à la tradition ?

DEUXIÈME ACTE — Te souviens-tu ? — Incubateur Carignan

Avec Rachel Carignan, Christophe Benoit-Piau, Naomie Côté, Mélina Mauger-Lavigne, Olivier Rousseau et Louis Roy.

Un moment. Un maintenant. Ça arrive, ça nous émoi, ça nous fait vibrer. Puis s’est terminé.

La réalisation. L’écho de ce qui vient d’arriver. La création du souvenir ou plutôt la fragmentation de celui-ci. Se remémorer en groupe, certains se souviennent du geste, d’autres de l’odeur, du son. Quels détails est plus important que l’autre? Est-ce le détail qui est important ou la connexion autour de celui-ci?

Et si on pouvait resauter dans le souvenir. Dans le maintenant. Qu’est-ce qu’on en ferait?

En savoir plus

« Depuis mes premiers essais chorégraphiques je m’intéresse aux liens et aux tensions entre la gigue et le corps dansé (parce que le corps des gigueurs·euses n’est pas dansé ?). Je crois qu’un lien intime peut se créer entre le rythme percussif de la gigue et les possibilités fluides du corps en mouvement.  C’est sur ce lien que j’aime travailler. C’est ce lien qui m’inspire. Ici, le souvenir est devenu un prétexte. Une poussée créative pour me permettre de développer un langage chorégraphique et gestuel. Le thème du souvenir m’a permis de pousser plus loin, de mettre en scène cette gestuelle giguo-dansé/danso-gigué que j’affectionne tant. Le processus m’a aussi permis d’explorer ma relation au langage chorégraphique écrit avec celui de l’improvisation dirigée. Mes expériences d’interprètes m’ont amené à grandement apprécier la création à partir de l’improvisation et ces réflexes m’ont suivi dans mes premières expériences chorégraphiques. Avec cet incubateur, j’avais envie de faire cohabiter les deux manières de chorégraphier. J’avais envie de me permettre une écriture chorégraphique plus dirigée tout en gardant l’intuition et les heureux hasard que j’apprécie tant dans l’improvisation rythmique et dansée. » Rachel Carignan, chorégraphe

Crédits

Avec Christophe Benoit-Piau, Gabriel Vincent Beaudoin, Sebes-Philippe Bocz, Rachel Carignan, Naomie Côté, Vincent Dubé, Charles Émond, Charles Labrèche, Mélina Mauger-Lavigne, Olivier Rousseau et Louis Roy.

À propos de BIGICO

Depuis 2005, la BIGICO est un diffuseur spécialisé qui soutient et orchestre le développement du mouvement de la gigue contemporaine. La BIGICO rassemble plusieurs visions chorégraphiques assurant la vitalité d’un mouvement en constante mutation. Une gigue d’art, constamment régénérée, sous l’emprise de la recherche, dans un vif esprit de modernisation. La BIGICO joue un rôle d’ambassadeur pour faire redécouvrir toute la richesse qui émane de ce fleuron de notre patrimoine. Cette langue des pieds nous appartient encore, une langue commune qui fait courir le bruit de sa pertinence dans la société québécoise d’aujourd’hui.

Site internet Facebook Instagram

.

À propos de Rachel Carignan

Issue du milieu de la danse traditionnelle, Rachel Carignan s’implique d’abord comme élève puis, depuis 2019, comme spécialiste au sein de l’Ensemble folklorique Mackinaw. Elle termine en 2015 un DEC en danse au Cégep de Drummondville. Elle complète en 2019 un BAC en enseignement de la danse à l’Université du Québec à Montréal. Elle complète également un AEC en nouvelles stratégies d’intervention en danse à l’été 2020 au Cégep de Drummondville.

Depuis 2016, elle s’implique comme interprète et chorégraphe au sein du différents projets, plusieurs portés par l’organisme BIGICO. Elle rejoint également en 2017 La R’voyure, un organisme qui se spécialise dans le ludisme des codes de la danse traditionnelle québécoises. En 2021, elle est engagée comme interprète pour la compagnie de danse [ZEUGMA] qui se produit à l’aide d’un amalgame dynamique de gigue québécoise, de percussion corporelle et de mouvement contemporain. La gigue, la danse traditionnelle et le mouvement contemporain se retrouvent au cœur des intérêts et des projets de cette artiste et enseignante.

À propos de Charles Labrèche

C’est en 2008 que Charles Labrèche rejoint l’Ensemble folklorique Mackinaw de Drummondville. Il y évolue encore à titre d’interprète aujourd’hui. Il participe également au Projet trad La R’voyure en 2018 et en 2019. Il participe également au OFF BIGICO en 2017 à titre d’interprète dans le projet chorégraphique Em.phase de Sébastien Chalumeau. Ayant pratiqué le piano classique sur une période de dix ans (2006-2016), il accumule une certaine connaissance en musique classique. Or, c’est en 2018, grâce à son emploi d’été au Village québécois d’antan de Drummondville, qu’il commence à apprendre le violon traditionnel, la mandoline et la mandoline octave, sans toutefois laisser le piano de côté.

Ayant complété un Baccalauréat intégré en sciences historiques et études patrimoniales (concentration ethnologie) à l’Université Laval et poursuivant présentement une Maîtrise en management des entreprises culturelles à HEC Montréal, il s’intéresse activement au patrimoine vivant et aux arts traditionnels.

Par :  Émilie Grosset et Sylvie Pouliot

Pour : Les professionnel·le·s en arts vivants

Gratuit sur réservation

Événement Facebook

Lieu: Café

15 Mai 2023

D L M M J V S

On se connaît, on se croise, on s’échange des courriels, on se promet un souper quand on aura le temps mais on a trop peu d’opportunités de s’asseoir et de discuter, notamment de notre métier, avec nos collègues. Les rencontres sectorielles visent à rassembler les différents corps de métier des arts vivants le temps d’un moment pour parler de sujets. Ces rencontres, organisées et animées par un·e ou plusieurs membre·s de la communauté en question, se veulent une opportunité de faire connaissance plus en profondeur, de faire la lumière sur des questions qu’on se pose tou·te·s, de mettre en place des initiatives facilitatrices et de discuter à bâtons rompus d’enjeux qui nous habitent.

Rencontre du 16 janvier

Formule : 10h – 12h 

Croissants et cafés offerts

Rencontre du 15 mai

Thème à venir

Animée par ÉMILIE GROSSET et MARIE-HÉLÈNE CHAUSSÉ

ÉMILIE GROSSET

Émilie Grosset œuvre dans le milieu culturel depuis plus de 10 ans. Elle a travaillé pour le Théâtre National de Bretagne (TNB) en France en tant que chargée de développement des publics et coordinatrice des études pour l’École supérieure d’art dramatique. Arrivée à Montréal en 2017, elle a été gérante de salle pour le Théâtre de la Chapelle, responsable de la billetterie pour le Théâtre Aux Écuries et occupe actuellement le poste de responsable des communications et de la médiation pour La Pire Espèce.

.

.

.v

v

.

.

 

MARIE-HÉLÈNE CHAUSSÉ

Marie-Hélène a terminé une formation en études théâtrales à l’Université du Québec à Montréal en 2014. Elle délaisse le cube noir de la représentation et se tourne vers des explorations in situ dans l’espace public. La poésie, l’art action, l’installation, le théâtre et la déambulation sont au cœur de ses projets. Travailleuse culturelle depuis près de 7 ans, elle agit en tant que médiatrice, assistante de programmation, chargée de projet et femme à tout faire pour différentes organisations montréalaises (DARE-DARE, ATSA – Quand l’art passe à L’action, Maison Théâtre, Des mots d’la dynamite, Coup d’Éclats et Debout Actes de paroles). Depuis décembre 2022, elle est Responsable du développement des publics et de la médiation au Théâtre Aux Écuries.

Par : Les Écos-cool

Pour : Les professionnel·le·s en arts vivants

: Comme l’an dernier, les rencontres auront lieu en virtuel et la dernière rencontre (17 avril) se fera en personne au Théâtre Aux Écuries

Gratuit sur réservation

Événement Facebook

17 Avril 2023

D L M M J V S

06 Mars 2023

D L M M J V S

On se connaît, on se croise, on s’échange des courriels, on se promet un souper quand on aura le temps mais on a trop peu d’opportunités de s’asseoir et de discuter, notamment de notre métier, avec nos collègues. Les rencontres sectorielles visent à rassembler les différents corps de métier des arts vivants le temps d’un moment pour parler de sujets. Ces rencontres, organisées et animées par un·e ou plusieurs membre·s de la communauté en question, se veulent une opportunité de faire connaissance plus en profondeur, de faire la lumière sur des questions qu’on se pose tou·te·s, de mettre en place des initiatives facilitatrices et de discuter à bâtons rompus d’enjeux qui nous habitent.

Rencontre du 5 décembre | VIRTUEL

La rentrée des Écos-cool ! 

Jasette, accueil des nouveaux·elles et points sur les différents outils lancés récemment ! 

Formule : 12h – 13h

Lunchons sur Zoom ensemble ! 

 

Rencontre du 6 mars | VIRTUEL

Thème à venir

Formule : 12h – 13h

Lunchons sur Zoom ensemble ! 

 

Rencontre du 17 avril | EN PERSONNE DANS NOTRE CAFÉ !

Thème à venir

Formule : 12h – 13h

Lunchons sur ensemble au Café du Théâtre Aux Écuries ! 

 

Animée par LES ÉCOS-COOL

 

Le comité des Écos-cool du Théâtre Aux Écuries est composé de personnes de différentes compagnies de théâtre mais aussi de différentes spécialités afin de couvrir tous les aspects possibles du domaine.

 

Par : Clara Bich et Émilie Grosset

Pour : Les professionnel·le·s en arts vivants

Gratuit sur réservation

Événement Facebook

Lieu: Café

24 Avril 2023

D L M M J V S

On se connaît, on se croise, on s’échange des courriels, on se promet un souper quand on aura le temps mais on a trop peu d’opportunités de s’asseoir et de discuter, notamment de notre métier, avec nos collègues. Les rencontres sectorielles visent à rassembler les différents corps de métier des arts vivants le temps d’un moment pour parler de sujets. Ces rencontres, organisées et animées par un·e ou plusieurs membre·s de la communauté en question, se veulent une opportunité de faire connaissance plus en profondeur, de faire la lumière sur des questions qu’on se pose tou·te·s, de mettre en place des initiatives facilitatrices et de discuter à bâtons rompus d’enjeux qui nous habitent.

Rencontre du 21 novembre

Thème à venir

Formule : 17h – 19h  

Prenons une bière ensemble ! 

Rencontre du 24 avril

Thème à venir

Animée par CLARA BICH et ÉMILIE GROSSET

ÉMILIE GROSSET

Émilie Grosset œuvre dans le milieu culturel depuis plus de 10 ans. Elle a travaillé pour le Théâtre National de Bretagne (TNB) en France en tant que chargée de développement des publics et coordinatrice des études pour l’École supérieure d’art dramatique. Arrivée à Montréal en 2017, elle a été gérante de salle pour le Théâtre de la Chapelle, responsable de la billetterie pour le Théâtre Aux Écuries et occupe actuellement le poste de responsable des communications et de la médiation pour La Pire Espèce.

.

.

CLARA BICH

Clara Bich travaille depuis sept ans entre la France et le Canada. Après l’obtention de diplômes en art dramatique, en histoire de l’art et en cinéma lors de ses études à Paris, notamment à la Sorbonne-Nouvelle (France), elle réalise une maîtrise de second cycle en séries télévisées à l’Université de Montréal. Vidéaste et monteuse, elle collabore avec plusieurs compagnies et établissements théâtraux québécois et participe à la création de courts, moyens et longs-métrages de fiction et de documentaire. Directrice des communications du Théâtre Aux Écuries, elle est également critique culturelle, rédactrice de contenus et consultante en communication. Elle dort peu, voit beaucoup de spectacles, et parle un peu trop souvent de l’art Cyril Teste, du film Arrival et de la série Sense8

.

.

.

.

 

Par : Système Kangourou

Pour : Les professionnel·le·s en arts vivants

Gratuit sur réservation

Événement Facebook

Lieu: Café

27 Avril 2023

D L M M J V S

On se connaît, on se croise, on s’échange des courriels, on se promet un souper quand on aura le temps mais on a trop peu d’opportunités de s’asseoir et de discuter, notamment de notre métier, avec nos collègues. Les rencontres sectorielles visent à rassembler les différents corps de métier des arts vivants le temps d’un moment pour parler de sujets. Ces rencontres, organisées et animées par un·e ou plusieurs membre·s de la communauté en question, se veulent une opportunité de faire connaissance plus en profondeur, de faire la lumière sur des questions qu’on se pose tou·te·s, de mettre en place des initiatives facilitatrices et de discuter à bâtons rompus d’enjeux qui nous habitent.

Rencontre du 4 novembre

Les filles de Système Kangourou vous accueillent au bar du Théâtre Aux Écuries pour jaser de mise en scène! Comment se vivent les processus de création quand il n’y a pas de texte au préalable, ni même d’auteur·trice attitré.e au projet ? Y-a-t’il tout de même de la parole et si oui, est-elle improvisée ou un texte finit-il par s’écrire au fil des improvisations ? Dans un tel cas, comment s’écrit et se partage le crédit lié au texte ? S’il n’y a que des actions et du mouvement, comment la partition scénique se développe-t-elle ? Par quels types de jeux, d’improvisations ? Ces types d’écritures de plateau peuvent-ils être édités ? Si ceux-ci supposent un processus plus collaboratif, est-ce qu’une réelle horizontalité est possible ou utopique ?

Formule : 17h – 19h

Prenons une bière ensemble ! 

Rencontre du 27 avril

Thème à venir

Animée par SYSTÈME KANGOUROU

Guidées par le désir d’injecter à la pratique théâtrale des éléments de l’art de la performance, Claudine Robillard et Anne-Marie Guilmaine fondent la compagnie de création interdisciplinaire Système Kangourou en 2006. Elles créent des événements performatifs in situ et des productions en salle, dont les plus récentes sont Non Finito (2017), Le pouvoir expliqué à ceux qui l’exercent (sur moi) (2019) et Bermudes (dérive) (2021). Le contact avec la communauté est non seulement la bougie d’allumage de leur dramaturgie, mais s’incarne à même le plateau. Des performeur·euse·s y côtoient des citoyen·ne·s et les un·e·s comme les autres sont invité·e·s à porter sur scène leurs propres récits dans des installations scénographiques surprenantes, sortes d’écrins poétiques à la présence brute.

 

Photo : © Julie Artacho

En savoir plus

.

.

Par : Le Théâtre Aux Écuries

 

Lieu: Espace -1

Gratuit sur réservation

Billets en ligne

01 Avril 2023

D L M M J V S

Le Club de lecture est une invitation aux familles à venir découvrir quelques joyaux de notre littérature jeunesse québécoise. Les auteur·trice·s invité·e·s interpréteront leurs livres pour le plaisir de vos petit·e·s...

15 octobre

Max-Angle

Autrice Sarya Bazin | Illustratrice Charlotte Desbiens

À travers un parcours initiatique magique dans les couleurs de l’arc-en-ciel, Max-Angle, une petite boîte en carton pas comme les autres, découvre que son unicité est sa plus grande qualité et que, au final, tous·tes les habitant·e·s du monde des boîtes ont leurs particularités. C’est une histoire colorée qui traite de la confiance en soi et de l’inclusion pour un public de 4 à 8 ans.

À propos du Collectif Hors-la-Boîte

À la fin de leur parcours au Conservatoire d’art dramatique de Montréal au printemps 2020, Sarya Bazin et Charlotte Desbiens ont formé le collectif Hors-la-Boîte qui entreprenait alors la conception d’un livre pour enfant abordant les thèmes de la confiance et de l’acceptation de soi. Avant ses études en théâtre, Charlotte (illustratrice) a travaillé quelques années comme infirmière en pédiatrie et, depuis 2018, comme ouvreuse à la Maison Théâtre. De son côté, Sarya (écrivaine) a donné des cours de musique dans des garderies et a écrit une courte pièce de théâtre qu’elle présentait dans celles-ci. En plus de leur parcours individuel, elles ont eu la chance de faire une création de théâtre de rue tous publics dans le cadre d’une tournée en France à l’été 2019. À la fin de leur étude, il allait donc de soi qu’elles allaient créer pour la jeunesse. La rédaction de leur livre achevée, elles souhaitent maintenant en faire une adaptation théâtrale d’environ 30 minutes. Elles comptent utiliser le médium de la marionnette mêlé à celui du théâtre d’objets puisque l’objet quotidien est déjà au centre de l’univers de leur histoire. Une autre idée de livre jeunesse commence déjà à poindre et abordera la prise d’indépendance de l’enfant et la nature québécoise.

01 avril

Informations à venir

À propos

Inauguré en 2011 au cœur des quartiers Villeray, St-Michel et Parc Extension, le Théâtre Aux Écuries est un incubateur théâtral. Ce centre de création à l’écoute des rythmes, des besoins et des rêves des créateur·trice·s est un espace où l’on cherche et où l’on prend son temps. Aujourd’hui, le Théâtre Aux Écuries compte six compagnies résidentes, des projets en incubation sur deux ans, des résidences de création et des spectacles issus de démarches de création atypiques. Le Théâtre Aux Écuries soutient les pratiques alternatives et originales en accompagnant la création, la production ou la diffusion d’une œuvre et la structure d’une compagnie.
Site internet Facebook Instagram

Manifestation artistique annuelle créée en marge du Festival TransAmériques (FTA), le OFFTA est un festival voué à la création d’avant-garde des artistes de la relève en arts vivants. Depuis 2007, il défriche tout au long de l’année le paysage artistique local afin de mettre en avant des créateur·trice·s dont la démarche guide les nouveaux courants en théâtre, danse, performance, cirque et autres disciplines. Le OFFTA fonde son identité sur une direction artistique favorisant les démarches fortes et singulières, les pratiques émergentes et l’expérimentation.

À propos

Parce qu’elle croit que l’art est essentiel pour lier l’individu à sa communauté, LA SERRE – arts vivants est un pôle de création qui provoque des rencontres et qui met à la disposition des artistes émergents des environnements favorables à la création d’œuvres significatives ainsi qu’à leur rayonnement.

LA SERRE est un incubateur structurant pour l’amélioration des conditions d’exercice des artistes émergent.e.s en arts vivants. Elle les accompagne dans le déploiement de leurs œuvres à partir de l’idéation jusqu’à leurs rencontres avec les publics. Elle aide l’artiste à développer son autonomie, sa maturité organisationnelle et son indépendance artistique. LA SERRE agit comme activateur de collaborations entre les artistes et les différents partenaires locaux, nationaux et internationaux ainsi qu’entre les artistes de différentes disciplines artistiques et d’autres secteurs d’activités. Artistiquement, LA SERRE privilégie des projets qui tissent des liens évocateurs entre les arts et la société et qui favorisent la rencontre entre les différents champs disciplinaires et sectoriels.

Site internet Facebook Instagram

Par : JAMAIS LU

 

Lieu: L'Arène

Mai 2023

D L M M J V S

Le Festival du Jamais Lu est un accès brut et immédiat à ce que les auteur·trice·s de théâtre concoctent, un espace pour prendre le pouls de l’actualité au travers de la fiction dans une formule très accessible et conviviale. Pendant 10 jours, du 4 au 13 mai 2023, les projets se succéderont pour faire vivre les paroles contemporaines et provoquer de premières belles rencontres entre des textes et le public.

À propos

Fondé en 2002, le Jamais Lu est un organisme de développement de la dramaturgie. Il accompagne et soutient la naissance d’œuvres théâtrales et en assure la promotion et la diffusion. Il a pour mission de créer un lien fort entre le public et les auteurs. Il offre aux dramaturges, particulièrement ceux de la relève, des tribunes originales, engagées et festives. Chaque année le Jamais Lu produit ou co-produit :

Le Festival du Jamais Lu à Montréal

Chaque printemps, le Théâtre Aux Écuries est pour une dizaine de jours l’hôte du Festival du Jamais Lu où sont présentés des textes fraîchement achevés, des projets éditoriaux, des événements communautaires, des lectures jeune public et des classes de maître.

Le Festival du Jamais Lu à Québec

À l’hiver, c’est au Théâtre Périscope à Québec que le Festival du Jamais Lu tient ses activités. Là aussi, annuellement, les auteurs de la capitale osent l’inédit et font découvrir au public leurs désirs, leurs préoccupations, ainsi que leurs univers théâtraux.

Le Festival du Jamais Lu à Paris

Le projet de festival à Paris a été lancé en 2015, en partenariat avec Théâtre Ouvert. Ce relais solidifie les liens de la dramaturgie francophone internationale.

Les spectacles théâtro-littéraires en tournée

Le Jamais Lu produit également des spectacles théâtro-littéraires uniques qui mettent les auteurs en relation directe avec les spectateurs. Ces productions originales permettent aux dramaturges d’aller à la rencontre de nouveaux publics sur le territoire québécois et international.

Festival du Jamais Lu Caraïbe

Le Jamais Lu développe actuellement un projet de festival en Caraïbe (plus précisément, à Fort-de-France en Martinique) afin de tisser des liens avec d’autres pôles de la francophonie internationale. Un projet en partenariat avec Astrid Mercier (Dimwazell Cie) et Tropiques Atrium Scènes Nationale.

Jamais Lu Mobile

Ces antennes un peu partout dans la francophonie internationale ne font du sens que si l’on développe la dramaturgie contemporaine sur l’ensemble du territoire québécois. Ainsi, nous développons actuellement le Jamais Lu Mobile, un projet qui met en lien les créateurs et les créatrices de différentes régions du Québec (Abitibi-Témiscamingue, Estrie, Gaspésie, Saguenay-Lac-Saint-Jean).

Site internet Facebook Instagram