fbpx
LEffet_Hyde_MathieuDoyon_14 © Mathieu Doyon

Résidence de création pour l’Effet Hyde

Pour le Théâtre de la Pire Espèce, il est important de questionner sans cesse les processus de création et de poursuivre la recherche tout en faisant bénéficier ses proches collaborateurs.Cette résidence permettra de reprendre différents éléments techniques et dramaturgiques du spectacle LEffet Hyde, avant son départ en tournée. À cette occasion, l’équipe travaillera notamment sur la spatialisation sonore avec Jean Gaudreau, permettant de donner davantage d’envergure à la musicalité du spectacle. L’Effet Hyde est une adaptation de L’étrange cas du Dr Jekyll et de Mister Hyde de Robert Louis Stevenson. Écrit en 1886, ce récit fantastique, précurseur de la psychologie moderne, exprime avec force la dualité de l’âme. Marcelle Hudon et Francis Monty assemblent ici leurs médias théâtraux de prédilection (masque, marionnette et théâtre d’ombre) à la puissance des mots et de la musique en direct pour évoquer le mystère et l’étrangeté de cette fable.


Coproduction Marcelle Hudon et le Théâtre de la Pire Espèce
Texte Francis Monty, d’après L’étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde, de Robert Louis Stevenson
Mise en scène et scénario Marcelle Hudon et Francis Monty
Masques, marionnettes et scénographie Marcelle Hudon
Interprétation Bernard Falaise, Louis Hudon, Marcelle Hudon et Francis Monty
Musique Bernard Falaise
Collaboration à la création Louis Hudon
Assistance à la mise en scène et régie Marie-Claude D’Orazio

Second assistant à la mise en scène Jonathan Cusson
Collaboration à la mise en scène Olivier Ducas
Conception des costumes et conseils scénographiques Julie Vallée-Léger
Conception des lumières Thomas Godefroid
Direction de production et technique Clémence Doray
Acteurs lors des étapes de recherches Étienne Blanchette et Anne Lalancette
Stage à la mise en scène Joanie Fortin

Fondé et dirigé par Olivier Ducas et Francis Monty depuis 1999, le Théâtre de la Pire Espèce emprunte ses techniques à différentes disciplines telles que la marionnette, le théâtre d’objets, le clown, le cabaret et le théâtre de rue. La compagnie s’applique à développer, en explorant le processus de création, un art vivant, novateur et accessible. Contournant l’illusion théâtrale, elle souhaite établir un rapport direct avec le public, au profit d’une complicité avec le spectateur. Impertinent, festif et accidentellement érudit, son théâtre allie matériaux bruts et imagination débridée, foisonnement baroque et précision chirurgicale.

Share