Ubu sur la table Ubu sur la table / © Djeyo

UBU SUR LA TABLE

Une armée de baguettes de pain se dresse devant une autre, les bombes de tomates éclatent, le batteur à œufs survole les troupes en déroute, du sang de mélasse pisse sur les soldats fourchettes marchant sur le Père Ubu… Le sort de la Pologne se joue sur une petite table où, faisant flèche de tout bois, deux acteurs multiplient les références cinématographiques et échafaudent sous les yeux du public cette grande fresque bouffonne miniature.

L’adaptation en théâtre d’objets de la pièce Ubu Roi, d’Alfred Jarry, a fait la renommée du Théâtre de la Pire Espèce, qui l’a jouée près de neuf cents fois dans plus de dix pays. Multipliant les commentaires à l’assistance, les acteurs-marionnettistes (à vue) s’adressent à l’intelligence du spectateur autant qu’à son imagination, offrant un deuxième niveau de lecture à cette farce cruelle. L’aspect brut et les limites expressives des objets sur table forcent les créateurs à privilégier l’action dramatique à l’évolution psychologique des personnages, tout en soulignant avec humour leur côté grotesque. Autant dire que Père Ubu s’est trouvé tout à fait à son aise au milieu des ustensiles de cuisine, utiles autant à l’empiffrement qu’à la déconfiture des « sagouins ».

Adaptation et mise en scène Olivier Ducas et Francis Monty
Texte libre adaptation d’Ubu roi, d’Alfred Jarry
Interpretation Daniel Desparois et Olivier Ducas
Conception d’éclairage Jonas Veroff Bouchard
Production Théâtre de la Pire Espèce

Fondé et dirigé par Olivier Ducas et Francis Monty depuis 1999, le Théâtre de la Pire Espèce emprunte ses techniques à différentes disciplines telles que la marionnette, le théâtre d’objets, le clown, le cabaret et le théâtre de rue. La compagnie s’applique à développer, en explorant le processus de création, un art vivant, novateur et accessible. Contournant l’illusion théâtrale, elle souhaite établir un rapport direct avec le public, au profit d’une complicité avec le spectateur. Impertinent, festif et accidentellement érudit, son théâtre allie matériaux bruts et imagination débridée, foisonnement baroque et précision chirurgicale.

Share