Pixèle-moi © Théâtre RétroColectivo

La création de sons, la voix, la musique en direct et la manipulation d’acétates sont autant d’éléments qui articulent, une fois en syntonie, le langage atypique de Pixèle-moi. Avec un rétroprojecteur et beaucoup d’imagination, le collectif RétroColectivo donne un nouveau souffle au théâtre d’objets avec cette courte forme qui nous plonge dans l’univers du jeu vidéo. Une performance arcade à vivre à la pièce ou en première partie de L’effet Hyde.
PRODUCTION : Théâtre RétroColectivo
MISE EN SCÈNE : Théâtre RétroColectivo
ASSISTANCE À LA MISE EN SCÈNE : Alexandrie Doré Pilote
DIRECTION DE PRODUCTION : Laurie-Anne Bergeron
DIRECTION ARTISTIQUE : Marianne Benny Perron
TEXTES : Maxime Dugas
INTERPRÉTATION : Camila Paz, Nicolas Clemesac alias Pompet’, Alix Mouysset et Maxime Dugas
FABRICATION ET DESSIN : Camila Paz, Marianne Benny Perron et Alix Mouysset
CONCEPTION SONORE : Nicolas Clemesac alias Pompet’, Rémy Girard et Sophie Bérubé
DIRECTION TECHNIQUE : Baptiste Tissot
MAÎTRE LUMIÈRE : Jérémi Guilbault-Asselin

 La représentation du 10 mars s’inscrit dans la programmation du Festival de Casteliers.

Le Retrocolectivo est né à Valence (Espagne) au cours de l’été 2013. Avec un rétroprojecteur et une composition musicale inspirée de la bande sonore d’un vieux jeu vidéo, le collectif a créé un premier projet expérimental mêlant marionnettes, filtres de couleur, musique en direct, voix et bruitages. Après avoir donné plusieurs représentations sous la forme d’une micro-tournée à Valence puis à Barcelone, le Retrocolectivo a voyagé jusqu’à Montréal avec deux de ses membres, Camila et Marianne. Les deux scénographes-marionnettistes ont alors rassemblé une nouvelle équipe sous la bannière du Théâtre RétroColectivo, qui revisite l’oeuvre amorcée avant de s’attaquer à de nouvelles créations. Cette dernière garde le cap sur un théâtre créatif, multidisciplinaire, communicatif et à formats ambulants.

Share