emilie_monnet_okinum Okinum / © Benjamin Jacanamijoy
okinum_emilie_monnet Okinum / © David Chedore

Résidence de création pour Okinum

L’artiste pluridisciplinaire Émilie Monnet bénéficie d’une résidence de création en nos murs qui lui sert de tremplin avant son entrée en résidence pour deux ans au Centre du Théâtre D’Aujourd’hui. Elle travaille sur son projet Okinum, une expérience immersive pour le spectateur au moyen d’une dramaturgie unique, circulaire et envoûtante qui allie théâtre, son et vidéo.

En langue Anishnabemowin, Okinum signifie barrage. Inspiré par la récurrence d’un rêve d’un castor géant, Okinum est une réflexion intime sur la notion de barrages intérieurs, une ode au pouvoir du rêve et à l’intuition. La parole est libérée afin de remonter la rivière de la mémoire des ancêtres et pour se réconcilier, avant tout, avec les différentes facettes d’une identité multiple. Se tisse ainsi une série de tableaux oniriques, où l’espace-temps n’est pas conçu de façon linéaire, véritable témoignage d’une filiation qui inspire.

Texte, mise en scène et interprétation Émilie Monnet
Collaboration à la mise en scène et direction d’acteur Emma Tibaldo
Collaboration à la mise en scène et direction du mouvement Sarah Williams
Conception sonore et interprétation Jackie Gallant
Assistance à la mise en scène Elaine Normandeau
Scénographie Simon Guilbault
Éclairages Lucie Bazzo
Costumes Swaneige Bertrand
Vidéo Clark Ferguson
Conseil dramaturgique Elizabeth Bourget, Sara Dion
Conseil culturel et en langue anishnabemowin Véronique Thusky
Sonorisation et direction technique Frédéric Auger

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Productions ONISHKA

Au croisement de plusieurs disciplines artistiques mais principalement en théâtre, Onishka est une compagnie établie à Montréal qui crée des ponts entre les communautés artistiques autochtones à la fois francophones et anglophones, du Québec et du Canada, mais aussi d’ailleurs dans le monde. Fondée en 2011 par Émilie Monnet, Onishka crée et produit des œuvres favorisant des collaborations artistiques originales et riches de sens pour offrir un regard neuf sur le monde dans lequel nous vivons. Onishka veut dire ‘réveille-toi’ en Anishnabemowin. Dans cet esprit, la compagnie pense la création artistique comme un catalyseur de transformation sociale qui permet de remettre en cause comment sont perçues les réalités et les luttes des peuples autochtones. Depuis 2016, Onishka présente l’évènement Scène contemporaine autochtone, une plateforme artistique et critique pour les arts vivants autochtones. Une prochaine édition sous forme de festival verra le jour à Edimbourg en août 2019.

Émilie Monnet – directrice artistique, Productions ONISHKA
Au croisement entre le théâtre, la performance et les arts médiatiques, la pratique artistique d’Émilie Monnet s’articule autour des questions d’identité, de mémoire, d’histoire et de transformation. Ses spectacles puisent dans la symbolique des rêves et des mythologies – personnelle et collective – pour raconter des histoires qui interrogent le monde d’aujourd’hui. En 2016, elle fondait Scène contemporaine autochtone (SCA), une manifestation artistique et critique faisant place à la création autochtone en arts vivants. Quatre éditions de SCA ont été présentées jusqu’à ce jour, en partenariat avec les FTA, OFFTA, Agora de la danse ainsi que les ambassades du Canada en Argentine, Uruguay et Paraguay. Émilie vient d’être nommée artiste en résidence au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui pour les trois prochaines années et présentera sa prochaine création Okinum en octobre prochain. En tant qu’interprète, on a pu la voir cet hiver dans le spectacle Mythe de Mykalle Bienlinski. L’engagement artistique d’Émilie s’inspire de nombreuses années d’activisme auprès d’organisations autochtones (Canada et Amérique Latine), ainsi que de sa participation à des projets artistiques avec des femmes judiciarisées et des jeunes autochtones. De mère anishnaabe et de père français, Émilie vit à Montréal.

Share