jnvpms9 © Adrienne Surprenant
jnvpms3 © Adrienne Surprenant
jnvpms10 © Adrienne Surprenant
jnvpms6 © Adrienne Surprenant
jnvpms8 © Adrienne Surprenant
jnvpms1 © Adrienne Surprenant
jnvpms2 © Adrienne Surprenant
jnvpms4 © Adrienne Surprenant
jnvpms5 © Adrienne Surprenant
jnvpms11 © Adrienne Surprenant

CRÉATION IN SITU :
RENDEZ-VOUS AU 435, RUE BEAUBIEN OUEST, À MONTRÉAL (MÉTRO PARC | AUTOBUS 80)

Vos itinéraires en ligne – du théâtre jusqu’au lieu du spectacle :
Les soirs : Itinéraire 1 (bus)itinéraire 2 (métro + bus)
Les samedis : itinéraire 1 (métro + bus) – itinéraire 2 (métro + bus)

Passages en anglais et en créole

Librement inspirée d’actes xénophobes posés au cours des dernières années aux États-Unis et au Canada, je ne veux pas marcher seul est une œuvre multidisciplinaire à la forme résolument contemporaine. Alternant danse, témoignages, rap et projections, elle explore, en une dizaine de tableaux, le vaste spectre de la peur. Sur scène, un ours rôde tandis que l’histoire se tisse autour du personnage d’Edon, un jeune homme d’origine haïtienne vivant avec une déficience intellectuelle.

«Ce que je ne possède pas m’intrigue – le langage de la danse, l’état du performeur, l’état de non-jeu et le métissage des présences. Ce sont ces éléments-là que j’essaie de faire cohabiter sur scène, en créant une certaine harmonie malgré les nombreux décalages.» — Catherine Bourgeois

TEXTE COLLECTIF 
CONCEPTION ET MISE EN SCÈNE CATHERINE BOURGEOIS
INTERPRÉTATION EDON DESCOLLINES, FRANCIS DUCHARME, DORIAN NUSKIND-ODER
ET ÉTIENNE THIBEAULT
COLLABORATION AU TEXTE KEVIN WILLIAMSON
COSTUMES JULIE EMERY
MUSIQUE CHAFIIK
ÉCLAIRAGES MARTIN SIROIS
DIRECTION TECHNIQUE ANNE-SARA GENDRON
COORDINATION DE PRODUCTION CÉDRIC DESCAMPS
ASSISTANCE ET ACCOMPAGNEMENT MARILYNE FOURNIER

UNE PRODUCTION DE JOE JACK ET JOHN

PARRAIN OLIVIER CHOINIÈRE

 

Joe Jack et John travaille avec des castings d’acteurs de tous horizons (acteurs ayant une déficience, immigrants, aînés, etc.) pour offrir au public une parole nouvelle et une voix peu écoutée, afin de créer cet effet d’étrangeté (parce qu’étranger ou étrange) nécessaire à la réflexion. La compagnie fait de la diversité le moteur même de ses créations et place les questions sociales au cœur des œuvres. Elle est de cette génération qui regroupe allègrement bilinguisme, multidisciplinarité et pluriculturalisme sous une même enseigne. Elle aime innover et propose un théâtre performatif qui bouscule les codes et les usages convenus.

joejacketjohn.com

Share