Poneyboyz-Lewka-cr-Audrée_Lewka-1 © Audrée Lewka
At_the_End-Arteau-cr-Annie_Éthier-1 © Annie Éthier

Poneyboyz

Ferme la porte, pose tes clés sur la table, tes sabots dans ma crinière, ta cravache sur mes flancs, tes reins près des miens. Les garçons-chevaux sont en état de fusion constante. Ils s’attirent, s’amalgament, se rejettent au gré de leurs envies. Comment se retrouve-t-on imbriqué dans un jeu de domination et de soumission cyclique à résonance mythique avec son meilleur bro ? (ça arrive plus souvent qu’on le pense).

Chorégraphie Audrée Lewka
Interprètes David Emmanuel Jauniaux, Guillaume Danielewski
Regard extérieur Pierre-Luc Lapointe
Direction de production David Emmanuel Jauniaux
Direction technique et régie Sylvie Nobert
Conception lumières Sylvie Nobert, Lee Anholt
Conception costumes Audrée Lewka
Répétitrice Emmalie Ruest
Photo et bande-annonce teaser Audrée Lewka
Résidences de création José Navas, Tangente, LA SERRE – arts vivants

+

At the end, everybody’s fucking

Après Doggy dans Gravel et Made in Beautiful, Olivier Arteau démarre une nouvelle recherche autour du phénomène de la peur et ses ramifications. À travers l’écriture scénique, le créateur témoigne de notre mutisme, de ce qui nous empêche de désobéir collectivement. Il y substitue le verbe pour le muter en (in)action à l’aide d’une multitude de masques, d’objets hétéroclites et d’un cube de gypse tristement friable. On se retrouve ainsi dans un monde sourd où le quotidien l’emporte sur l’excès, où la mémoire n’habite aucun lieu, où la mort ne sera accompagnée d’aucun rite. Que reste-t-il pour nous rendre profondément humain ?

Idéation et mise en scène Olivier Arteau
Interprétation Marie-Ève Bérubé, Claude Breton Potvin, Daniel D’Amours, Emma Gomez, Julie Leclerc, Lucie M. Constantineau, Alexander Peganov, Nathalie Séguin, Catherine St-Martin
Direction de production Nathalie Séguin
Direction technique et régie Claire Seyller
Conception vidéo Sebastien Pircher
Conception lumières Claire Seyller
Photo Annie Éthier
Bande-annonce Sebastien Pircher
Avec le soutien de Conseil des arts et des lettres du Québec, Ville de Laval
Résidences de création Maison des arts de Laval, Théâtre Périscope

Parce qu’elle croit que l’art est essentiel pour lier l’individu à sa communauté, LA SERRE — arts vivants met à la disposition des artistes émergents des environnements favorables à la création d’œuvres significatives et à leur rayonnement. Elle agit comme un incubateur structurant pour l’amélioration des conditions d’exercice des artistes émergents en arts vivants et se positionne comme un activateur de collaboration entre les artistes, différents partenaires nationaux et internationaux et la collectivité. Artistiquement, LA SERRE privilégie des œuvres et des manières de faire qui tissent un lien transparent entre les arts, la nature et la société tout en favorisant la rencontre entre les différents champs disciplinaires et sectoriels.

Share