Petite Sorcière

Un spectacle, deux formes, plusieurs publics.

Partenaires dans la vie comme à la scène, Nini Bélanger et Pascal Brullemans n’en sont pas à leur première collaboration. Du 14 au 25 novembre, ils présenteront le diptyque Petite Sorcière, dans lequel ils s’amusent à tordre les codes du conte pour raconter avec un brin d’humour et quelques frissons une grande histoire de résilience et de courage. Une expérience à vivre seul ou en famille, une ou plusieurs fois!

Le travail artistique de Nini Bélanger repose sur une question simple mais cruciale : comment créer une proposition théâtrale la plus vivante possible? Au fil de ses projets, elle explore les limites qui existent entre intimité et voyeurisme en développant une approche basée sur les codes de l’hyperréalisme. Grâce à des propositions audacieuses qui mélangent réalité et fiction, elle trace un chemin qui va de l’intime au collectif, initiant naturellement une réflexion sur des enjeux sociaux.

Avec Petite Sorcière, la metteure en scène réussit à créer une œuvre aux multiples couches de sens et d’interprétation, une pièce complexe et complète susceptible de toucher différents publics. Elle relève le pari fou de proposer deux expériences basées sur la même histoire : une fable auditive intimiste pour les spectateurs à partir de 6 ans et un thriller fantastique porté par une formidable équipe de comédiens, qui s’adresse aux spectateurs de 10 ans et plus.

Le texte de Pascal Brullemans aborde les thèmes délicats de la négligence parentale et de la responsabilité des adultes envers les plus jeunes. La forme du conte — choisie pour son fort pouvoir évocateur — et la narration à la troisième personne lui ont permis de plonger dans le vif du sujet tout en travaillant sur différents niveaux de lecture. Sans rien nommer explicitement, Nini Bélanger et lui sèment plusieurs graines que les spectateurs pourront décoder selon leur degré de maturité.

Projet MÛ
Fondée en 2006 par la metteure en scène Nini Bélanger, la compagnie Projet MÛ a pour mission d’explorer différentes avenues du théâtre contemporain. Elle privilégie le développement de projets par cycle, composé d’œuvres qui se répondent soit par le sujet, soit par la forme.

Les deux formes de Petite Sorcière s’inscrivent dans un triptyque à l’attention des enfants et des adolescents. Le dernier volet, prévu pour 2020-2021, aura pour titre Faire semblant, faire comme tout le monde, faire autrement, faire quelque chose et abordera le discours bien-pensant et les seuils de la censure dans les propos adressés aux adolescents.

PRODUCTION : PROJET MÛ
TEXTE : PASCAL BRULLEMANS
MISE EN SCÈNE : NINI BÉLANGER
ASSISTANCE : CHLOÉ EKKER
INTERPRÉTATION : CATHERINE ALLARD, DANY BOUDREAULT, EMMANUELLE LUSSIER-MARTINEZ ET GAÉTAN NADEAU
SCÉNOGRAPHIE : PATRICE CHARBONNEAU-BRUNELLE
COSTUMES : MARILÈNE BASTIEN
CONCEPTION DES ÉCLAIRAGES : DAVID-ALEXANDRE CHABOT
CONCEPTION SONORE : MATHIEU DOYON
CONCEPTION VIDÉO : ANTONIN GOUGEON / HUB STUDIO
DIRECTION TECHNIQUE : JÉRÉMI GUILBAULT-ASSELIN
DIRECTION DE PRODUCTION : MAUDE ST-PIERRE

CE PROJET BÉNÉFICIE DU SOUTIEN FINANCIER DE L’ENTENTE SUR LE DÉVELOPPEMENT CULTUREL DE MONTRÉAL INTERVENUE ENTRELA VILLE DE MONTRÉAL ET LE MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DES COMMUNICATIONS.

Télécharger le communiqué de presse

Share