Jusqu’au sang ou presque

Portrait déjanté d’une famille recomposée.

Les vendredis 9 et 16 février prochains, le Théâtre I.N.K. sera de retour au Théâtre Aux Écuries avec la pièce Jusqu’au sang ou presque, qui s’adresse aux adolescents de 12 ans et plus. Après un passage fracassant au Festival Les Coups de Théâtre et à la Rencontre Théâtre Ados, ce texte écrit par Annie Ranger et mis en scène par Marilyn Perreault raconte la relation conflictuelle que Mathias, 16 ans, entretient avec sa belle-mère Adèle.

Dans un style oscillant entre le conte de fées déjanté, le cabaret de curiosités, le cours d’histoire naturelle et le paranormal de série B, Mathias s’appuie sur les témoignages de deux autres jeunes de 3 et 11 ans pour exposer au public toutes les raisons qu’il pourrait avoir de craindre et de rejeter Adèle. Seul problème : plus il démontre la propension de cette femme à s’introduire dans les familles, à voler les pères et à traumatiser les enfants avec ses comportements étranges, plus elle devient attachante.

Pour aborder le thème de la famille recomposée tout en intégrant l’univers esthétique du conte, le Théâtre I.N.K. s’est créé un véritable terrain de jeu physique et scénographique à partir d’une multitude de cadres suspendus dans le vide et d’un grand « miroir » surplombant la scène. Ceux-ci sont d’ailleurs utilisés de manière inventive, inhabituelle et parfois même très physique. Les spectateurs se trouvent d’emblée plongés dans un environnement étrange où les miroirs dédoublent les reflets et les personnalités, transformant la belle-mère tantôt en monstre assoiffé de sang, tantôt en sorcière capable de faire bouger les objets sans les toucher.

Inspirée de nombreux contes où les belles-mères sont présentées comme étant des êtres terrifiants, cette pièce explore la relation de deux personnages qui cherchent à faire un portrait de l’autre en le rendant plus cruel qu’il ne l’est en réalité. Elle aborde des thèmes comme le rapport des jeunes à leur famille et à l’autorité (entre haine obligée et complicité), les préjugés tenaces entretenus à l’égard de certains individus et l’apprentissage des compromis.

« Ponctué de clins d’oeil aux contes traditionnels, le mythe de la belle-mère se mêle avec finesse à la réalité très contemporaine de vivre dans une famille reconstituée. Grâce à l’angle singulier choisi, le texte de Ranger nous happe par la force du propos. Des échanges vifs, des phrases assassines, criantes de vérité, puisées à même les tripes, fusent de part et d’autre comme autant de flèches lancées en plein coeur. […] La mise en scène de Marilyn Perreault permet d’ailleurs de faire ressortir toute la portée de ce que représentent une famille et l’idée que l’on se fait d’elle. [… ] » Marie Fradette, Le Devoir

« Jusqu’au sang ou presque charme par son habileté à déjouer les perceptions tout en abordant de front la question des familles éclatées puis reconstituées. […] La tension sous-jacente dans les dialogues se glisse dans le moindre geste des personnages, rendant le récit captivant. […] La production du Théâtre I.N.K. manie à merveille le ton inquiétant du conte d’horreur. Dans la peau de l’adolescent, le jeune Xavier Malo déploie une énergie contagieuse, un concentré de détresse, de colère et de révolte. »
Daphné Bathalon, MonTheatre.qc.ca

PRODUCTION : Théâtre I.N.K.
MISE EN SCÈNE : Marilyn Perreault
TEXTE : Annie Ranger
INTERPRÉTATION : Xavier Malo et Annie Ranger
SCÉNOGRAPHIE, COSTUMES ET ACCESSOIRES : Elen Ewing
MUSIQUE : Laurier Rajotte
CONCEPTION DES ÉCLAIRAGES : André Rioux
ASSISTANCE À LA MISE EN SCÈNE : Joëlle Tougas
RÉGIE : Clémence Doray
DIRECTION TECHNIQUE : Charlotte Isis Gervais

CE SPECTACLE A BÉNÉFICIÉ DE RÉSIDENCES DE CRÉATION AU THÉÂTRE DE LA VILLE ET AU THÉÂTRE AUX ÉCURIES.

Débat gratuit le vendredi 9 février 2018 à 20 h 30 : FAMILLE À GÉOMÉTRIE VARIABLE : COMMENT Y TROUVER SA PLACE ?

Télécharger le communiqué de presse

Share